JO de Tokyo : Durant, Biles, Djokovic... ces stars aux grandes ambitions

, modifié à
  • A
  • A
Kevin Durant Simone Biles Novak Djokovic montage JO
Kevin Durant, Simone Biles et Novak Djokovic, trois des grandes stars présentes à Tokyo pour les JO. © Photos AFP
Partagez sur :
Parmi les plus de 11.000 sportifs présents tout au long de la compétition (23 juillet-8 août), certaines stars vont chercher à marquer l’histoire de leur pays et de leur discipline. Voici quelques noms bien connus que l’on retrouvera au premier plan à Tokyo, de Simone Biles à Novak Djokovic en passant par Armand Duplantis ou encore Kevin Durant. 

C’est l’une des magies des Jeux olympiques. Pendant les deux semaines de compétition à Tokyo (23 juillet-8 août), une grande majorité d’athlètes peu connus vont côtoyer des stars internationales. Dans plusieurs disciplines, de l’athlétisme à la gymnastique en passant par les sports collectifs, les meilleurs athlètes du monde visent la si convoitée médaille d’or. Tour d’horizon de ces sportifs célèbres qui sont prêts à performer aux Jeux de Tokyo.

Athlétisme

• Allyson Felix (USA)

La sprinteuse américaine Allyson Felix va disputer ses cinquièmes et derniers Jeux olympiques consécutifs, à 35 ans, lors des séries du 400 mètres. La Californienne est une star de la délégation américaine, considérée comme l'une des plus grandes sprinteuses de tous les temps. Elle possède l'un des plus gros palmarès de l'histoire olympique, avec six médailles d'or - dont cinq en relais - et trois médailles d'argent. Avec deux nouveaux titres aux championnats du monde 2019 en relais 4x400 mètres, Allyson Felix est devenue l'athlète la plus titrée de l'histoire en compétitions majeures avec 18 médailles d'or. La sprinteuse expérimentée voudra quitter les Olympiades sur une dernière belle note pour marquer un peu plus l'histoire de l'athlétisme mondial.

• Armand Duplantis (SUE)

Recordman du monde de saut à la perche avec une hauteur de 6,18 mètres atteinte en 2020, le Suédois Armand Duplantis est le grandissime favori du concours olympique. Celui qui a "pris" le record au Français Renaud Lavillenie sort qui plus est d'une saison 2020 remarquable, avec le meilleur saut en extérieur - 6,15 mètres - et quatre concours lors desquels il a franchi les six mètres. S'il réédite une telle prestation à Tokyo du haut de ses 21 ans, "Mondo" devrait se diriger vers son premier titre olympique. Ses principaux rivaux Renaud Lavillenie et l'Américain Sam Kendricks devront réaliser un exploit pour le dépasser.

• Trayvon Bromell (USA)

L'épreuve du 100 mètres messieurs est orpheline de sa grande star jamaïcaine Usain Bolt, triple champion olympique, qui a pris sa retraite en 2017. Les JO de Tokyo pourraient marquer le retour du sprint américain au premier plan grâce à Trayvon Bromell. Le coureur de 26 ans a réalisé dernièrement un chrono sensationnel de 9'77" lors d'un meeting aux États-Unis le 5 juin dernier, son record personnel. L'Américain va viser la médaille d'or olympique à Tokyo, cinq ans après avoir quitté les Jeux de Rio sur un fauteuil roulant, blessé en finale du relais 4x100 m.

• André de Grasse (CAN)

Grand challenger d'Usain Bolt sur le 200 mètres à Rio, le coureur canadien André de Grasse avait réussi à récolter l'argent olympique sur cette course, puis deux médailles de bronze sur le 100 mètres et le relais 4x100 en 2016. Après avoir traversé trois années difficiles, le sprinteur est revenu à son meilleur niveau aux championnats du monde de Doha en 2019 en remportant le bronze sur 100 mètres, en 9'90", établissant son nouveau record personnel. Il avait également pris l'argent sur le 200 mètres. Il faudra compter sur le coureur canadien pour jouer les premiers rôles des courses de sprint.

000_F99M0 (1)

Le Jamaïcain Usain Bolt félicite son adversaire canadien, André de Grasse, en finale du 200 mètres des Jeux olympiques de Rio 2016.
Crédits : OLIVIER MORIN / AFP

Basket

• Kevin Durant (USA)

L'équipe américaine de basket sort l'artillerie lourde avec de grands noms de la NBA. Aux côtés de Damian Lillard (Portland) et Draymond Green (Golden State Warriors), la superstar Kevin Durant vient renforcer la "Team USA" pour les JO comme lors de ses triomphes avec les États-Unis en 2012 et 2016. Cette année, l'ailier des Brooklyn Nets n'a pas réussi à emmener son équipe à la victoire dans la ligue américaine de basket, malgré une prestation de très haut niveau en demi-finales de la conférence Est contre les Bucks de Milwaukee (défaite 4 matches à 3). Sa qualité de déplacement, de pénétration et de tir en feront l'élément central de la "Dream Team".

• Luka Doncic (SLO)

Lui aussi provient de la NBA. Le Slovène Luka Doncic a réalisé une grande saison avec les Mavericks de Dallas, sans toutefois parvenir à qualifier son équipe en demi-finales de conférence. Le meneur de jeu brille au niveau des statistiques, avec un nombre de points marqués très souvent élevé à chaque rencontre grâce entre autres à son talent au tir à trois points. En équipe nationale, le basketteur avait mené son pays à la victoire en finale lors du championnat d'Europe de 2017. À 22 ans, Luka Doncic va disputer ses premiers Jeux olympiques d'été en espérant décrocher une médaille.

Cyclisme

• Tadej Pogacar (SLO)

Va-t-il faire la passe de deux cet été ? Le Slovène Tadej Pogacar, vainqueur pour la deuxième fois d'affilée du Tour de France dimanche dernier, s'est aligné avec son équipe nationale pour les JO de Tokyo. Le coureur de 22 ans devra se remettre physiquement de la Grande Boucle assez rapidement puisque l'épreuve de cyclisme sur route est programmée le samedi 24 juillet, soit une semaine après l'arrivée du Tour sur les Champs-Élysées. Un nouveau défi de taille à la portée du jeune prodige slovène. Il pourra également viser une médaille lors de l'épreuve du contre-la-montre, le 28 juillet.

• Primoz Roglic (SLO)

Tadej Pogacar retrouvera son compatriote et rival, Primoz Roglic, cette fois-ci dans la même équipe pour les Jeux olympiques. Grand déçu du Tour de France cette année, où il a abandonné avant la 9e étape quelques jours après une grave chute, Primoz Roglic espère se relever dès cet été, et cela passe par une performance au Japon. Le deuxième du Tour l'an passé peut chercher la victoire en course et sur le contre-la-montre.

Golf

• Jon Rahm (ESP)

Le golf a fait son grand retour dans le monde de l'olympisme en 2016. Si la discipline n'est pas la plus attendue des Jeux, certaines stars vont tout de même la disputer à l'instar de l'Espagnol Jon Rahm, numéro un mondial depuis le 19 juillet qui va être l'une des têtes d'affiche de la délégation ibérique à Tokyo. Vainqueur de son premier Majeur à l'US Open en juin dernier, le golfeur de 26 ans est le grand favori pour succéder au Britannique Justin Rose, médaillé d'or à Rio en 2016. Il sort qui plus est d'une dernière édition aboutie de The Open, le Majeur britannique, qui lui a permis de ravir la première place mondiale pour la première fois de sa carrière.

• Rory McIlroy (IRL)

Le Nord-Irlandais Rory McIlroy a perdu de sa superbe depuis la reprise du circuit golfique après la pandémie de Covid-19, mais le triple vainqueur en Majeur espère rectifier le tir à l'occasion de ses premiers Jeux olympiques. À 32 ans, la star du golf européen se lance dans un nouveau défi où il représentera l'Irlande. Une compétition qui ne semble toutefois pas l'emballer quelques jours après un nouveau tournoi décevant à l'Open britannique et une petite 46e place au classement final. Mais le golfeur peut user de ses coups de génie pour s'inviter sur le podium des Jeux.

Football

• Megan Rapinoe (USA)

La star internationale du football féminin, Megan Rapinoe, va disputer ses troisièmes Jeux olympiques à 36 ans, et peut-être donc ses derniers. Double championne du monde (2015, 2019) et championne olympique en 2012, l'une des meilleures buteuses de la sélection américaine s'est également fait remarquer pour son militantisme, notamment sous le mandat de Donald Trump. Figure du sport outre-Atlantique, Megan Rapinoe possède l'expérience et les qualités pour mener son équipe à la victoire finale. L'attaquante avait même été élue Ballon d'Or en 2019, après la Coupe du monde en France.

000_1IG048 (1)

L'Américaine Megan Rapinoe soulève son deuxième titre de championne du monde en France en 2019.
Crédits : Jean-Philippe KSIAZEK / AFP

• Daniel Alves (BRE)

Une figure connue des supporters du Paris Saint-Germain. Le défenseur brésilien Dani Alves, 38 ans, fait partie des trois joueurs de plus de 23 ans retenus pour la sélection olympique du Brésil. Le latéral droit va apporter toute son expérience lui aussi pour aider son équipe à remporter une deuxième médaille d'or olympique consécutive, après le succès à domicile à Rio en 2016. À la suite de son aventure au PSG de 2017 à 2019, Dani Alves a retrouvé son pays et le Sao Paulo FC pour continuer sa carrière. Il a remporté la Coupe Sud-américaine en 2021, l'équivalent de la Ligue Europa.

Gymnastique artistique

• Simone Biles (USA)

La jeune Américaine Simone Biles, 24 ans, est déjà considérée comme l'une des plus grandes gymnastes de tous les temps. La Texane avait remporté quatre médailles d'or à Rio en 2016. Trois ans plus tard, elle est devenue la gymnaste la plus médaillée de l'histoire en championnat du monde - hommes et femmes confondus -, avec 25 récompenses, dont 19 en or. En cas de nouvelle razzia à Tokyo - six au maximum -, Simone Biles pourrait battre le record des 9 sacres olympiques en gymnastique, détenu par la Soviétique Larissa Latynina dans les années 1950-60.

Handball

• Mikkel Hansen (DAN)

Le joueur danois du Paris Saint-Germain est le grand atout de sa sélection pour le tournoi olympique de handball, qu'il a remporté en 2016. L'arrière gauche Mikkel Hansen a été élu à trois reprises meilleur handballeur mondial de l'année (2011, 2015, 2018). Il a marqué près de 2.000 buts avec le PSG depuis son arrivée en 2012 et y a remporté son septième titre de champion de France en 2020. En sélection, Mikkel Hansen pèse aussi dans le jeu et grâce à ses performances, le Danemark a conservé, en 2021, son titre mondial acquis en 2019. À 33 ans, le géant danois va essayer de conserver son titre olympique.

000_9C246L (1)

Le Danois Mikkel Hansen a remporté son septième titre de champion de France avec le PSG en 2020.
Crédits : Ina Fassbender / AFP

Natation

• Caeleb Dressel (USA)

Il est sans doute la relève de son compatriote Michael Phelps, le plus titré dans l'histoire des Jeux avec 28 médailles dont 23 en or. Le Floridien de 24 ans Caeleb Dressel se présente à Tokyo pour son deuxième rendez-vous olympique, cinq ans après avoir gagné l'or en relais sur le 4x100 mètres nage libre et le 4x100 mètres quatre nages. Dans sa progression constante, le nageur a ramassé huit médailles, dont six en or, aux Mondiaux 2019. Les finales tokyoïtes se joueront dans la matinée, ce qui n'est pas un frein pour Caeleb Dressel. Il peut viser une belle moisson sur la course-reine, le 100 mètres nage libre, puis sur le 50 mètres nage libre, le 100 mètres papillon, le 400 mètres quatre nages et les relais.

• Katy Ledecky (USA)

Une autre star américaine de la natation a de grandes chances de performer à Tokyo. Katy Ledecky, 24 ans et déjà quintuple championne olympique, va s'aligner en individuel sur 200, 400, 800 et 1.500 mètres nage libre dans l'objectif de ramener le plus de médailles possibles. Une ambition à la hauteur de son talent : la native de Washington D.C. compte 15 victoires en championnat du monde et s'était imposée sur le 800 mètres aux Mondiaux de Gwangju en 2019. Elle détient toujours trois records du monde sur le 400, le 800 et le 1.500 mètres nage libre.

• Federica Pellegrini (ITA)

La vétéran italienne Federica Pellegrini, 32 ans, dispute peut-être ses derniers Jeux olympiques cet été. Médaillée d'or à Pékin 2008 sur le 200 mètres nage libre, la nageuse transalpine peut devenir la première femme de l'histoire à concourir en finale olympique sur cette distance pour la cinquième fois consécutive. Un exploit qui va cependant être difficile à aller chercher, tant l'Italienne ne s'est plus illustrée en grand bassin ces dernières années.

Tennis

• Novak Djokovic (SER)

Le numéro un mondial Novak Djokovic est inarrêtable en ce moment et semble promis au "Golden Slam", inédit dans l'histoire du tennis masculin, qui consiste à remporter tous les tournois du Grand Chelem et les Jeux olympiques. Récemment vainqueur de Wimbledon, le Serbe avait pourtant émis des doutes dans la foulée sur sa participation aux JO, mais le "Djoker" sera bien présent à Tokyo, deux semaines après sa victoire sur le gazon londonien. Il va tenter de remporter l'un des seuls grands titres qui manque encore à son palmarès, après avoir glané sa seule médaille olympique, le bronze, en 2008 à Pékin.

• Naomi Osaka (JAP)

Elle est "impatiente" de jouer chez elle et très attendue par les fans japonais. L'ancienne numéro un mondiale Naomi Osaka a passé plusieurs semaines loin des courts après avoir déclaré forfait à Roland-Garros, en raison des conférences de presse qui affectaient sa santé mentale. Dans un entretien au magazine Time début juillet, elle explique avoir voulu "se ressourcer et passer du temps avec (ses) proches". La vainqueure de quatre tournois du Grand Chelem va disputer ses premiers Jeux olympiques, à domicile mais sans ses supporters en raison du huis clos. La numéro 2 mondiale actuelle devra dépasser l'énorme pression qui pèse sur ses épaules pour s'imposer.

• Andy Murray (G-B)

Le Britannique Andy Murray (34 ans), double champion olympique du simple, va rempiler pour une quatrième participation aux Jeux. L'ancien numéro 1 mondial a pourtant enchaîné les blessures et les opérations de la hanche ces dernières années, qui l'ont fait retomber au 119e rang à l'ATP. Auteur d'un come-back sur le gazon anglais, avec un troisième tour à Wimbledon (battu nettement par Denis Shapovalov, futur demi-finaliste), Andy Murray a été retenu dans l'équipe britannique pour disputer le tournoi de simple, et le double aux côtés de Joe Salisbury. Il peut rêver d'une troisième médaille d'or olympique.

Europe 1
Par Gauthier Delomez avec AFP