Homophobie en Ligue 1 : la banderole du kop d'Angers ne visait pas l'arbitre Stéphanie Frappart

  • A
  • A
Le Kop de la Butte, association de supporters du SCO d'Angers, s'est défendu d'avoir voulu viser l'arbitre Stéphanie Frappart.
Le Kop de la Butte, association de supporters du SCO d'Angers, s'est défendu d'avoir voulu viser l'arbitre Stéphanie Frappart. © Jean-Francois MONIER / AFP
Partagez sur :
Le Kop de la Butte a déclaré dans un communiqué que la banderole déployée dans les tribunes lors du match Angers-Metz n'avait "nullement" un caractère "homophobe".

Le Kop de la Butte, association de supporters du SCO d'Angers, s'est défendu d'avoir voulu viser l'arbitre Stéphanie Frappart après avoir déployé pendant quelques minutes une banderole lors du match de Ligue 1 Angers-Metz (3-0), samedi soir. "Arbitre enc… Est-ce homophobe pour une femme ?", avait écrit le Kop de la Butte, créé en 1992. Selon eux, ils souhaitaient attirer l'attention du public sur cette insulte pour les arbitres ou gardiens adverses "entendue depuis des décennies dans tous les stades".

"Nous avons souhaité dénoncer l'absurdité de prendre ce biais homophobe car, à quasi 100% des cas, ce chant repris dans les tribunes n'est jamais lancé, repris, dans un esprit homophobe", écrit le Kop de la Butte 1992. "Le match d'hier étant arbitré par une femme (absolument pas visée, légitime et compétente)", soulignent les auteurs, "il est apparu opportun de pointer l'aspect nullement homophobe de l'acte en lui-même dans ce cas de figure". "Cette banderole provocante, voire trash, mal interprétée par certains, n'était en aucun cas insultante envers qui que ce soit, d'autant que nous posions simplement une question", conclut le Kop de la Butte.

Le déploiement de cette banderole devrait entraîner une enquête de la Ligue et peut-être une amende pour le club.