Foot : l'arbitre Tony Chapron revient sur son tacle sur un joueur de Nantes

  • A
  • A
Tony Chapron a été dans l'oeil du cyclone pour avoir taclé un joueur de Nantes, en janvier dernier.
Tony Chapron a été dans l'oeil du cyclone pour avoir taclé un joueur de Nantes, en janvier dernier. © LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :
L'arbitre s'est confié sur Canal+, plusieurs mois après son geste lors du match Nantes-PSG, qui avait provoqué une tempête médiatique. 

Tony Chapron n'en revient toujours pas. L'arbitre, au cœur d'une tempête médiatique pour avoir taclé un joueur de Nantes en janvier dernier, est revenu sur son geste dimanche, dans un entretien à l'émission Intérieur Sport. "Une fraction de seconde, un réflexe idiot, mais humain, que tu portes comme une croix", s'est désolé l'arbitre. Après avoir regardé les images dans la foulée du match, "je suis conscient d'avoir fait une énorme erreur. Je ne mesure pas encore les conséquences mais je sais qu'elles vont être dramatiques pour ma carrière, enfin ce qu'on va retenir de ma carrière...", a confié Tony Chapron. 

"Dans cinq ans, on m'en reparlera." "Dans cinq ans, vraisemblablement, on m'en reparlera. J'aurai fait 1.500 matches dans ma carrière mais on ne me parlera que de cette action-là. Une fraction de seconde, un réflexe idiot, mais humain, que tu portes comme une croix", a-t-il ajouté. Au lendemain du match, il avait présenté ses excuses au joueur nantais en évoquant un "geste maladroit" et "inapproprié". Son geste rarissime avait suscité de nombreuses réactions dans le monde du football et fait le tour des réseaux sociaux.

"Il y a eu un déferlement médiatique incroyable." "J'ai bien conscience qu'il y a eu un déferlement médiatique incroyable, je l'ai déjà vécu mais pas dans de telles proportions. A la lecture des messages que j'ai reçus, j'ai compris ce qu'on appelle le lynchage. Là, tu n'as qu'une envie c'est rentrer chez toi, fermer la porte et ne plus ressortir avant un moment." Le 1er février, il avait été suspendu trois mois ferme et trois avec sursis par la commission de discipline de la Ligue de football professionnel, avant de voir en appel fin mars sa suspension être portée à six mois ferme et deux avec sursis, précipitant la fin de sa carrière.