Espagne : le Real Madrid s'impose 3-1 chez le FC Barcelone lors du premier clasico de l'histoire à huis clos

  • A
  • A
real madrid, fc barcelone, sergio ramos
Grâce notamment à un pénalty de son capitaine Sergio Ramos, le Real Madrid s'est imposé 3-1 face au FC Barcelone. © LLUIS GENE / AFP
Partagez sur :
Grâce notamment à un pénalty de son capitaine Sergio Ramos, le Real Madrid s'est imposé 3-1 lors du premier clasico de l'histoire disputé à huis clos en raison de la pandémie de nouveau coronavirus face au FC Barcelone pour la 7e journée de Liga.

Sergio Ramos en Messie : blessé cette semaine, le capitaine merengue est revenu à temps pour offrir au Real Madrid et à Zinédine Zidane une victoire libératrice (3-1) lors du premier clasico de l'histoire disputé à huis clos sur le terrain du FC Barcelone pour la 7e journée de Liga samedi. Capitaine métronome : complètement déboussolé en l'absence de Ramos mercredi face à l'équipe B du Shakhtar Donetsk en Ligue des champions (défaite 3-2), le Real Madrid a retrouvé son leader et sa combativité.

Un pénalty qui assomme le Barça

Victime d'un violent coup au genou gauche lors de la défaite des Merengue face au promu Cadix (1-0) samedi en Liga, Ramos a cette fois assommé le Barça avec un penalty concédé par l'international français Clément Lenglet sur un tirage de maillot dans la surface (60e). En début de match, Fede Valverde (5e) avait ouvert le score pour les champions d'Espagne en titre, avant d'être rejoint trois minutes plus tard par le Barça sur une réalisation d'Ansu Fati (8e). Après le but décisif de Ramos, Luka Modric est ensuite venu enfoncer définitivement le clou à la 90e pour permettre aux hommes de Zinedine Zidane de s'imposer et de prendre la tête de la Liga.

Après avoir aboyé des ordres et encouragé ses hommes depuis les gradins du petit stade Alfredo Di Stéfano mercredi, Ramos a repris sa place de chef d'orchestre sur la pelouse d'un Camp Nou vidé de ses 99.000 supporters. Il offre ainsi une grosse respiration à Zinédine Zidane, qui s'inquiétait déjà pour son avenir après deux défaites consécutives. "Je suis le responsable. (...) Je suis l'entraîneur, c'est à moi de trouver des solutions", avait assumé le technicien français vendredi, dans l'ambiance pesante générée par l'affiche entre clubs la plus suivie du monde disputée en pleine deuxième vague de pandémie de nouveau coronavirus en Espagne.

Ramos, "notre leader" 

La solution, c'est Ramos : "Sergio, c'est notre capitaine, notre leader", résumait "Zizou" vendredi en conférence de presse. "Pour eux, c'est important de savoir si Ramos va jouer ou non. C'est un grand défenseur central avec beaucoup de personnalité sur le terrain, et il peut influer sur le match", prévoyait Ronald Koeman, l'entraîneur du Barça, le même jour. D'abord quelque peu emprunté sur les premières incursions catalanes dans le camp de la Maison blanche en première période, Ramos s'est ensuite montré dangereux comme d'habitude sur les coups de pied arrêtés madrilènes, et a assuré en défense, comme sur cette intervention nécessaire devant Ansu Fati (69e) dans la surface.

Avec ce pénalty difficile à juger mais accordé par l'arbitre avec l'aide de la vidéo, le Real a retrouvé des certitudes (un Thibaut Courtois de haut-vol), et Ramos a éteint la performance du prodige catalan Ansu Fati, qui a encore battu des records de précocité samedi.