Douleur en Argentine après la confirmation de la mort d'Emiliano Sala

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Jeudi, après la confirmation de la mort d'Emiliano Sala, les Argentins exprimaient leur douleur, notamment dans le village d'origine du footballeur, Progreso.

La confirmation jeudi de la mort du footballeur Emiliano Sala a ému les Argentins, des habitants de Progreso, où Sala a grandi, jusqu'au président argentin Mauricio Macri.

"Le village est très affecté". "Depuis que nous avons appris (l'identification du corps), les gens ne parlent que de ça, le village est très affecté. Il était très aimé et admiré de tous. Ici c'est petit, tout le monde se connaît", a confié par téléphone le patron du restaurant La Sociedad Italiana, Oscar Heymo.

Jeudi soir, dans le bourg agricole de Progreso, où a vécu Emiliano Sala de 3 à 15 ans, les habitants faisaient triste mine. Ami d'Horacio Sala, le père du footballeur, le restaurateur n'a pas eu le courage de lui rendre visite jeudi. "Cette histoire, c'est terrible, vous n'imaginez pas la douleur qu'on ressent", dit Oscar Heymo, ému par la mort de l'idole de Progreso.

"La pire des nouvelles". "Quelle tristesse, c'est la pire des nouvelles. Repose en paix Guerrier. Mes condoléances à la famille et aux proches d'Emiliano Sala", a réagi sur Twitter l'ancien international Gabriel Batistuta, originaire comme Sala de la province de Santa Fe.

"Tous abattus". "Quelle douloureuse nouvelle. Mes condoléances aux membres de la famille, aux amis, aux compagnons d'Emiliano Sala dans ce moment si difficile. Nous sommes avec vous", a tweeté le président argentin Mauricio Macri, ancien président du club de Boca Juniors.

"Nous sommes tous abattus par cette information, nous lui dédions cette qualification", a déclaré à Fox Sport Fernando Batista, sélectionneur de la sélection argentine U-20, qui a décroché jeudi son billet pour le Mondial de la catégorie.