Coupe du monde de rugby : "Les Anglais ont coulé, ils ont été pris à la gorge"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
L'Afrique du Sud, victorieuse de l'Angleterre (32-12) samedi à Yokohama, a remporté la Coupe du monde de rugby pour la troisième fois de son histoire. Pour notre consultant Éric Blanc, les Anglais se sont montrés trop "fébriles".
ANALYSE

Il n'y a presque pas eu de suspens. L'Afrique du Sud a roulé sur l'Angleterre, samedi, en finale. Après une prestation magnifique (32-12) les Springboks ont remporté leur troisième Coupe du monde de rugby. Et ce alors que les Anglais partaient plutôt favoris

"Les Anglais avaient sorti les All Blacks, favoris du mondial. Mais c'est souvent un fardeau d'être favoris", analyse notre consultant Éric Blanc. Seule équipe de l'hémisphère nord championne du monde (2003) en neuf éditions, l'Angleterre n'est jamais parvenue à franchir la défense des Boks, samedi. Bousculés en mêlée fermée, contrés au "milieu de terrain", dominés sur les duels, les Anglais se sont inclinés en finale face aux Sud-Africains, comme en 2007. 

"Les hommes d'Eddie Jones (sélectionneur du XV de la Rose Ndlr) ont coulé. Ils ont été pris à la gorge, agressés, sans mêlées,  mais avec beaucoup de fautes. Ils étaient fébriles", estime Éric Blanc.

"Deux très beaux essais"

Les Sud-Africains ont bâti leur succès en deux temps. Ils ont d'abord dominé la première période marquée par un défi physique très dur, qui a provoqué les sorties prématurées du pilier droit anglais Kyle Sinkler (2e), ainsi que de deux Sud-africains touchés sur la même action, le talonneur Mbongeni Mbonambi et le deuxième ligne Lod De Jager (21e). Ils menaient (12-6) à la mi-temps, avant d'asseoir leur succès sur deux essais des ailiers Mapimpi, après un côté fermé bien négocié (66), et Kolbe sur un exploit personnel (74).

"Pollard a enquillé 22 points (via des pénalités). Et c'est logiquement par leurs ailiers que les Springboks ont marqué deux très beaux essais", complète Éric Blanc. L'Afrique du Sud devient ainsi la première équipe sacrée championne du monde après avoir perdu un match de poules (contre la Nouvelle-Zélande). Et personne ne leur contestera leur légitimité, au regard de cette finale.