Rugby : entre l'Afrique du Sud et l'Angleterre, "ça va dépecer, ça va être Verdun"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
La finale de la Coupe du monde de rugby entre l'Afrique du sud et l'Angleterre, qui a lieu ce samedi à 10h, s'annonce très serrée. Et rugueuse.
ANALYSE

"Ça va remuer de la viande, ça va être un peu les boucheries Bernard de Rungis le matin à 5h". Pour notre consultant Éric Blanc, la finale de la Coupe du monde de rugby entre l'Afrique du sud et l'Angleterre, qui a lieu ce samedi à 10h, s'annonce très serrée. Et rugueuse.

"Vous avez deux équipes féroces, avec les dents longues. On se rappelle de la finale en 2007, lors de laquelle l'Afrique du sud avait battu l'Angleterre (15-6). Mais je me rappelle aussi de leur match de l'an dernier, 12 à 11 pour les Anglais, à Twickenham. Ça avait été un bras de fer", souligne l'ancien joueur du Racing club de France. "Ça va dépecer, ça va être Verdun". 

Selon notre consultant, chaque équipe a les talents pour rivaliser avec l'autre. La capacité de l'Angleterre à résister à la puissance des avants sud-africains et à imposer son jeu, notamment grâce à sa doublette d'ouvreurs composée de George Ford et Owen Farrell, pourrait même être l'une des clés du match.

 "Ce sera peut-être malheureusement une finale fermée"

"Les Anglais sont bien là, ils rêvent de ce titre. Bien sûr ils sont favoris. Mais attention aux hommes de cette Afrique des hauts plateaux, qui ont beaucoup de caractère. [...] Ils viennent des entrailles de la terre, ce sont des bouchers. [...] Ils croient en leur étoile et ne lâchent jamais", prévient Éric Blanc. Notamment avec ses titanesques deuxièmes lignes Eben Etzebeth (2,03 m, 117 kg) et Lood de Jager (2,05 m, 122 kg), l'Afrique du Sud promet un jeu musclé.

"Ça va être un combat titanesque, très féroce", martèle Éric Blanc. Qui s'inquiète, également : "Ce sera peut-être malheureusement une finale fermée, parce que je m'attends à beaucoup de pressing, de jeu au pied. Et comme les défenses, ce sont deux rideaux de fer, ça va être très très compliqué".