Coupe Davis : "la Fédération française de la lose", ce compte Facebook qui se moque des déboires du tennis français

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Sur les réseaux sociaux, une page suivie par des dizaines de milliers d’internautes tourne en dérision les défaites des sportifs français. Sa cible préférée : le tennis tricolore, en particulier son équipe de Coupe Davis.
INTERVIEW

"La Fédération française de la lose (FFL) est un collectif qui rend hommage à la France qui perd." Sur Facebook et sur Twitter, la FFL donne le ton dès sa description : ici, on se délecte des déboires des sportifs français, qu’ils soient footballeurs, rugbymen et (surtout) tennismen. En deux ans, cette page humoristique créée par une bande de potes s’est constituée une solide communauté de fans (150.000 suiveurs sur Facebook, 10.000 sur Twitter), au point de devenir un phénomène sur les réseaux sociaux. La cible préférée de la FFL ? Le tennis français et son équipe de Coupe Davis, battue trois fois en finale depuis 2001, date de son dernier titre. Europe 1 a interrogé l’un des fondateurs de cette drôle de page, avant la finale contre la Belgique, qui démarre vendredi.

  • Comment avez-vous eu l’idée de créer cette page ?

Fédération française de la lose (FFL) : On est cinq-six potes, autour de la trentaine, à tourner sur la page. Des potes nous aident aussi à trouver des idées et à écrire des articles. Mais le délire "FFL" remonte aux Jeux d’hiver de Vancouver (en 2010). On fait partie de cette génération où nos parents nous parlaient davantage de Séville 1982 (la défaite des Bleus contre l’Allemagne au Mondial) que de l’Euro 1984 (victoire de la France, le premier trophée international de l’histoire du foot français). C’est parti de ce constat-là, et on a lancé la page en 2015 en faisant des articles pour se marrer, avec seulement quelques likes. A partir des JO 2016, on a vu qu’il y avait un public à nos délires. On est surtout contents de faire rire les gens. Plus on est, plus on est contents. Honnêtement, on est surpris de notre succès. Ça prouve que le Français sait rire de lui-même.

  • Pourquoi le tennis est devenu votre cible préférée ?

Déjà il y a du tennis toute l’année, avec des tournois presque tout le temps. Puis à n’importe quel Roland-Garros c’est la même histoire. On entend Lionel Chamoulaud (le présentateur de France télévisions) dire "ça fait 26, 27, 28 ans qu’un Français n’a pas gagné (depuis Noah en 1983, soit 34 ans, ndlr…)". Ça nous fait marrer parce que c’est un éternel recommencement. A chaque Roland-Garros, on sait très bien comment ça va se finir (rires).

  • Les joueurs (et joueuses) de tennis semblent être à vos yeux l’incarnation parfaite de la "French lose"...

Déjà, il y a plein d’histoires à raconter. Richard Gasquet, par exemple, dont on a fait une star à 11 ans et un futur numéro 1 mondial alors qu’il n’avait pas le physique pour gagner. A chaque tournoi il y a ce côté porteur d’espoir : on s’enflamme pour des tennismen peut-être pas aussi forts qu’on le pense. On a beaucoup de bons joueurs, mais pas de très bons. Quand on voit Monfils ou Gasquet, ce sont des déceptions magnifiques à chaque fois.

La Coupe Davis, c’est un peu pareil. Contre la Suisse (défaite en finale en 2014), on y croyait beaucoup trop, alors qu’ils étaient bien trop forts pour nous. Contre la Belgique, c’est un peu plus jouable, mais il y a encore plus de pression pour gagner. En fait le tennis français a une palette très large, on a aussi les casseurs de raquette (Benoît Paire) et on a nos "têtes", comme Kristina Mladenovic (la FFL s’est délectée des récents déboires de la joueuse, qui a enchaîné les défaites, ndlr).

  • Vous avez déjà eu des remarques de certains joueurs ?

Alizé Cornet et Kristina Mladenovic ont bloqué nos comptes. Autre anecdote : un jeune tennisman français a bloqué notre compte avant qu’on le suive (rires). Mais on préfère qu’ils se marrent avec nous. On a eu des interactions sur les réseaux sociaux avec certains joueurs, comme Lucas Pouille, qui a très bon esprit. Ça nous a fait plaisir !

  • Pour finir, vous espérez vraiment une défaite en finale contre la Belgique ?

(rires) En vrai on veut la victoire de la France ! On préfère qu’ils gagnent. Au fond de nous, on est patriotes !

>> Finale de Coupe Davis - France-Belgique : suivez en direct la journée de vendredi