Vettel inquiète les Brawn GP

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Après la Chine, Sebastian Vettel (Red Bull) a décroché, samedi, sa deuxième pole position de la saison sur le circuit d'Istanbul grâce à un chrono de 1'28''316. Le pilote allemand s'élancera donc en première position, dimanche, au départ du Grand Prix de Turquie devant les Brawn GP de Button (1'28''421) et Barrichello (1'28''579).

Après la Chine, Sebastian Vettel (Red Bull) a décroché, samedi, sa deuxième pole position de la saison sur le circuit d'Istanbul grâce à un chrono de 1'28''316. Le pilote allemand s'élancera donc en première position, dimanche, au départ du Grand Prix de Turquie devant les Brawn GP de Button (1'28''421) et Barrichello (1'28''579).Et si Sebastian Vettel était le seul à pouvoir rivaliser face aux Brawn GP. Alors que les monoplaces de l'écurie britannique dominent le championnat depuis le début de la saison, seul le pilote allemand semble en mesure de causer quelques problèmes à Jenson Button et Rubens Barrichello. Au volant de sa Red Bull, Vettel a obtenu, samedi, la pole position du Grand Prix de Turquie avec un temps de 1'28''316 au nez et à la barbe du leader actuel du championnat du monde (1'28''421) et de son coéquipier brésilien (1'28''579).Une performance acquise dans les ultimes tours qui offre au natif d'Heppenheim sa deuxième pole position de la saison (après le GP de Chine), la troisième de sa jeune carrière (après le GP d'Italie en 2008). A chaque fois que pareille réussite s'est produite, l'Allemand a remporté la course. L'autre Red Bull, celle de Mark Webber (1'28''613), complète le quatuor de tête prouvant un peu plus la bonne tenue des deux écuries cette saison. De son côté, Fernando Alonso (Renault) n'a pas hésité à attaquer, poussant même sa voiture à la faute en Q3. Au final, l'Espagnol s'adjuge le 8e temps.Bourdais pas dans le coupChez Ferrari, c'est le statu quo. La Scuderia ne semble toujours pas en mesure de jouer les premiers rôles avec les 6e et 7e positions de Räkkönen et Massa. Sur un circuit différent de Monaco, ils risquent de devoir se contenter des miettes. Lewis Hamilton n'a pas pu confirmer les progrès entrevues chez McLaren Mercedes lors des essais libres (2e en Libre1). Le champion du monde en titre a échoué aux portes de la Q2 avec un 16e chrono qui le repousse loin sur la grille de départ. Son coéquipier Heikki Kovalainen n'a fait guère mieux lors de la Q2 en se positionnant au 14e rang.Même constat chez Toro Rosso où c'est toujours un véritable chemin de croix. Sébastien Bourdais et Sébastien Buemi ont poursuivi sur leur mauvaise lancée de vendredi (19e et 20e en Libre 1 et 2). Lors des qualifications, samedi, les deux pilotes de l'écurie italienne n'ont pas réalisé l'exploit en se plaçant à la 20e et dernière place pour le Français et à la 18e pour le Suisse.Le Grand Prix de Turquie est à suivre en direct et en intégralité sur Europe 1 dimanche à 14 h. Commentaires: Alexandre Delpérier, Dominique Bressot et Julien Fébreau. Et retrouvez les analyses de notre consultant, Alain Prost, tout au long du week-end.

Europe 1
Par Rédaction Europe1.fr