Renault en plein tumulte

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Si Renault est convoquée par la Fia le 21 septembre prochain pour l'affaire de l'accident de Piquet qui aurait favorisé la victoire d'Alonso lors du Grand Prix de Singapour 2008, les premières infos commencent à circuler. Ainsi, selon Autosport, Briatore et Symonds auraient reconnu avoir tenu une réunion avec leur pilote à ce sujet. Les deux parties s'attribuant la paternité de l'idée...

Si Renault est convoquée par la Fia le 21 septembre prochain pour l'affaire de l'accident de Piquet qui aurait favorisé la victoire d'Alonso lors du Grand Prix de Singapour 2008, les premières infos commencent à circuler. Ainsi, selon Autosport, Briatore et Symonds auraient reconnu avoir tenu une réunion avec leur pilote à ce sujet. Les deux parties s'attribuant la paternité de l'idée...Une sale affaire. Pour Renault, pour Piquet, pour la Formule 1 dans son ensemble. Renault va devoir donner son point de vue et avoir de sacrés arguments pour convaincre la FIA le 21 septembre prochain. Car Autosport apporte ce jour des informations très compromettantes contre l'écurie française. Le voile commence à se lever sur les conditions de l'accident dont a été « victime » Nelson Piquet lors du Grand Prix de Singapour en 2008 et qui avait aidé Fernando Alonso à l'emporter. Les premières rumeurs venues du Brésil faisaient état d'une manipulation plutôt que d'un heureux concours de circonstance. Le site web du journal britannique explique en effet qu'une réunion s'est tenue dans le stand Renault quelques heures avant la course avec Flavio Briatore, responsable de l'écurie, Pat Symonds, ingénieur en chef, et Nelson Piquet. C'est là que les deux versions s'opposent puisque le pilote brésilien avoue avoir accepté car il se savait sur la sellette tandis que les responsables de l'écurie expliquent que l'idée serait venue du pilote. Piquet sénior a donné l'infoD'après les documents que se serait procuré Autosport, Symonds serait accusé d'avoir pris en aparté Piquet afin de lui expliquer qu'il fallait qu'il touche le mur au 13e ou au 14e tour et dans le 17e virage car il n'y a pas de grue à cet endroit et que cela aurait forcément impliqué la sortie du safety car. Un plan qui favorisait alors la course de Fernando Alonso qui venait juste de ravitailler... Briatore s'est quant à lui dit victime "d'une extorsion de la famille Piquet"En effet, la révélation de cette information viendrait de Nelson Piquet... sénior qui aurait pris contact avec la FIA le 26 juillet dernier soit le jour du dernier Grand Prix de son fils avec Renault. Piquet junior aurait quant à lui témoigné le 30 juillet à Paris. Briatore a déjà sa ligne de défense. Il reconnaît la réunion mais pas son contenu et rétorque qu'il y a des enregistrements sur lesquels il exprime "toute sa déception" au moment de l'accident. Charge à la FIA, le 21 septembre, de se forger une idée définitive. Entre les dépositions de la famille Piquet et les documents apportés par Renault, elle ne devrait pas manquer d'informations...

Europe 1
Par Rédaction Europe1.fr