Piquet sème le trouble chez Renault

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
L'affaire Renault rebondit. Nelson Piquet Jr., licencié en août, affirme dans une lettre à la FIA qu'il est allé dans le mur lors du Grand Prix de Singapour 2008 sur proposition de ses dirigeants, afin de favoriser Fernando Alonso, alors vainqueur de l'épreuve.

L'affaire Renault rebondit. Nelson Piquet Jr., licencié en août, affirme dans une lettre à la FIA qu'il est allé dans le mur lors du Grand Prix de Singapour 2008 sur proposition de ses dirigeants, afin de favoriser Fernando Alonso, alors vainqueur de l'épreuve.Le Grand Prix de Singapour, il y a un an, était bel et bien une mascarade. La tricherie présumée de la part de Renault, qui avait vu ce 28 septembre 2008 Fernando Alonso monter sur la plus haute marche du podium, a été confirmée jeudi soir par Nelson Piquet Jr., alors deuxième pilote de l'écurie française. Dans une lettre adressée à la fédération internationale (FIA), et publiée sur le site de RMC, le Brésilien avoue qu'il est allé droit dans le mur en début de course sur proposition de ses dirigeants. "Il m'a été demandé par Flavio Briatore, qui est à la fois mon manager et le directeur de Renault F1 Team, et Pat Symonds, directeur technique de ING Renault F1 Team, de provoquer délibérément un accident afin de favoriser les performances de ING F1 Renault Team, avoue "Nelsinho". Sur la sellette à l'époque, il admet avoir pensé "que son sacrifice allait améliorer sa situation" au sein de l'équipe. Au lieu de quoi il n'a eu droit qu'à "un petit merci" de la part de Flavio Briatore... Renault, qui doit passer le 21 septembre devant la Conseil mondial du sport automobile pour donner sa version des faits, va avoir du mal à convaincre la FIA de son innocence.Renault porte plainteAvant le départ du Grand Prix de Singapour, Renault aurait demandé à Nelson Piquet de sortir de piste au treizième ou quatorzième tour, et dans le dix-septième virage. Un endroit où il n'y avait aucune grue et où un accident nécessitait donc la sortie de la voiture de sécurité. Le pilote ibérique, qui venait juste de ravitailler, en aurait alors profité pour prendre ses concurrents de vitesse, sans être rejoint. La marque au losange risque donc une très lourde sanction dans cette affaire même si elle a décidé de contre-attaquer.L'écurie a annoncé, vendredi, le dépôt d'une plainte contre "Nelsinho"... et son père. "Le ING Renault F1 Team et son Directeur Général Flavio Briatore à titre personnel, ont lancé une action pénale contre Nelson Piquet Junior et Nelson Piquet Senior auprès du parquet de Paris pour dénonciation calomnieuse et tentative de chantage aggravé", indique-t-elle dans un communiqué. Et si, finalement, la mascarade commençait seulement maintenant ?

Europe 1
Par Rédaction Europe1.fr