La réponse d'Alonso

  • A
  • A
Partagez sur :
Fernando Alonso a pris les quatrième et deuxième places des deux séances d'essais libres du Grand Prix de Singapour vendredi.

Bien qu'en marge de la polémique qui a ébranlé son écurie, Fernando Alonso a prouvé qu'il était encore un grand pilote en prenant la quatrième place de la première session libre du Grand Prix de Singapour et la deuxième de la seconde séance dans la foulée. Romain Grosjean est lui parti à la faute à l'endroit même où Nelson Piquet avait fauté un an plus tôt.Entre les suspensions de ses directeurs général et technique Flavio Briatore et Pat Symonds, et le désengagement de deux de ses principaux sponsors, ING et Mutua Madrilena, le team Renault traverse une période difficile que les performances seules de Fernando Alonso permettent de nuancer. Le double champion du monde a attaqué le Grand Prix de Singapour comme à son habitude, le mors aux dents. Avec deux jolies prestations libres à la clef.Niant farouchement son implication dans la combine qui avait vu Nelson Piquet détruire sa monoplace ici-même l'an passé sur les ordres de Flavio Briatore, Fernando Alonso n'avait pas caché après l'escale transalpine son ambition de briller sur la piste de toutes les polémiques. Aussi, le Taureau des Asturies n'a-t-il pas manqué de joindre la performance à la parole. Quatrième de la première séance libre dans le sillage de Rubens Barrichello, Jenson Button et Mark Webber, Fernando Alonso s'est fendu lors du second acte d'un dernier tour canon, maîtrise de l'art du contre-braquage à l'appui.Grosjean victime de l'ironie du sortEn revanche, Mark Webber et Romain Grosjean, eux, n'en sont pas restés aux sueurs froides. Victimes d'une perte de contrôle de leur bolide, les deux pilotes ont froissé leur monoplace dans la deuxième et la première séance respectivement. Non sans une certaine ironie du sort pour ce qui est du Franco-Suisse. Coupable d'une erreur d'appréciation à l'amorce du 17e virage du circuit Marina Bay Street, Romain Grosjean a ainsi tapé le même mur que celui qui avait stoppé la course de Nelson Piquet Junior en 2008. Un incident surréaliste qui n'a pas manqué de faire sourire dans les paddocks mais aura eu raison des velléités d'apprentissage de l'intéressé, auteur de 26 tours seulement sur l'ensemble des deux sessions libres du jour.Le Grand Prix de Singapour est à suivre en direct et en intégralité sur Europe 1 dimanche à 14h. Commentaires: Alexandre Delpérier, Dominique Bressot et Julien Fébreau. Et retrouvez les analyses de notre consultant, Alain Prost, tout au long de la saison de F1.

Europe 1
Par Administrator User