La France passe aux choses sérieuses

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
L'heure du combat a sonné pour l'équipe de France de basket-ball. Fini les matches de préparations pour les Bleus, les repêchages pour l'Euro 2009 débutent mercredi soir à Cagliari avec sans doute l'opposition la plus coriace, l'Italie des Andrea Bargnani et Marco Belinelli.

L'heure du combat a sonné pour l'équipe de France de basket-ball. Fini les matches de préparations pour les Bleus, les repêchages pour l'Euro 2009 débutent mercredi soir à Cagliari avec sans doute l'opposition la plus coriace, l'Italie des Andrea Bargnani et Marco Belinelli.Cette fois, c'est la bonne ! Après trois semaines de préparation, l'équipe de France entame les repêchages de l'Euro 2009, mercredi soir à Cagliari. Une entrée en matière des plus périlleuses puisque les hommes de Vincent Collet vont devoir se frotter à une rugueuse Italie. Rugueuse et consistante certes, mais tout autant dans l'urgence que les Tricolores.Après une période faste et notamment une deuxième place aux Jeux Olympiques d'Athènes en 2004, la Squadra Azzurra a perdu de sa superbe. Les Transalpins misent essentiellement sur leurs deux stars estampillées NBA. Andrea Bargnani à l'intérieur et Marco Belinelli à l'extérieur. Les deux Raptors seront à surveiller comme le lait sur le feu.Gagner en précisionD'autant que les Français devront se passer, eux, de leurs cadres. Après avoir pris une grande importance en quelques matches amicaux, Joakim Noah a dû regagner Chicago alors que Tony Parker, touché à la cheville droite et rappelé par les Spurs à San Antonio pour faire constater sa blessure, ne sera de retour que jeudi. Une situation qui a obligé Vincent Collet à bricoler."Il faut surtout jouer en équipe. On ne doit pas voir d'individualisme forcené. Il ne faut pas penser à ses stats ou autres, mais à une seule chose : remporter le match en équipe" a confié Nicolas Batum au site basketnews.net. Et il ne vaut mieux pas penser aux chiffres. Lors du dernier match de préparation face à la Hongrie (victoire sur le fil 70-69), les Bleus ont rendu une feuille de stats bien famélique en terme d'adresse. Un total de 41 % aux shoots (26/63), 6 % à trois points (1/17) et un bien triste 52 % aux lancers francs (17/33). Pour le moins pénalisant.En l'absence de son meneur de jeu, les Français devront se serrer les coudes et se montrer moins maladroits. Car les Italiens, eux, n'hésitent pas à se servir des leurs à l'image de Stefano Mancinelli frappant par derrière Aaron Doornekamp lors du match Italie-Canada. Qu'on se le dise la confrontation à Cagliari sera musclée.

Europe 1
Par Rédaction Europe1.fr