France-Colombie : ces questions qui se posent avant le match

, modifié à
  • A
  • A
Mbappé et Pogba face au Luxembourg (1280x640) RÉMY GABALDA / AFP
Mbappé et Pogba, deux des plus grands talents de l'équipe de France attendus au tournant, ici face au Luxembourg en septembre 2017. © RÉMY GABALDA / AFP
Partagez sur :
Football - L'équipe de France entame vendredi à 21h, face à la Colombie, sa dernière ligne droite en vue du Mondial, qui débutera le 14 juin prochain.

Quatre mois après le match nul décroché en amical le 14 novembre dernier en Allemagne, l'équipe de France retrouve les terrains, vendredi soir, toujours en amical, face à la Colombie, au Stade de France. Ce match, ainsi que celui qui va suivre, en Russie, mardi, à Saint-Pétersbourg, face au futur pays hôte, seront riches d'enseignements pour le sélectionneur Didier Deschamps, mais aussi pour tous les supporters des Bleus. Europe1.fr a listé cinq questions essentielles avant ces deux matches, les derniers avant l'annonce, le 15 mai, de la liste des 23 joueurs retenus pour le Mondial.

  • Où en est Paul Pogba ?

Paul Pogba devrait fêter vendredi soir sa 50ème sélection chez les Bleus, à 25 ans seulement. Cinquante sélections, voilà qui fait de vous un international respectable. Pourtant, "Pogboom" est désormais régulièrement remplaçant à Manchester United. Il semble perdu, sur le terrain, comme en coulisses, et nous avec. Même Didier Deschamps ne comprend pas la disgrâce actuelle de son milieu de terrain."Sincèrement, je ne sais pas le pourquoi du comment pour le moment", a-t-il convenu en conférence de presse. "Je n'en ai pas discuté avec Paul, j'en saurai plus certainement. Mais évidemment que c'est une situation qu'il ne doit pas apprécier par rapport à tout ce qu'il a pu faire."

Griezmann défend Pogba en conférence de presse :

"Tout ce qu'il a pu faire", à la Juve, d'accord, mais en Bleu, quel est le bilan de Pogba ? Il s'est imposé comme un cadre, est complice avec Antoine Griezmann, mais il n'a pas toujours brillé avec le maillot frappé du coq. Et surtout, en son absence, Corentin Tolisso a apporté de réelles garanties lors du dernier rassemblement. "Ponctuellement, qu'il puisse avoir un passage un peu plus difficile oui, mais je sais ce que Paul est capable de faire. Ca ne change pas ce que je pense de lui", a encore confié Didier Deschamps. À Pogba de justifier la confiance que continue de lui accorder son sélectionneur.

  • Quelle place pour Kylian Mbappé ?

"Bleus : le neuf qu'il faut", a titré cette semaine France Football à propos de Kylian Mbappé. Tout au long d'un article très fouillé, l'hebdomadaire défend l'idée que l'attaquant du PSG, pour un meilleur rendement, devrait évoluer en pointe avec l'équipe de France. L'idée se défend, même si Mbappé joue actuellement sur un côté au PSG comme chez les Bleus. Mais à la différence du leader de la Ligue 1, qui n'abandonne jamais son dispositif en 4-3-3, l'équipe de France évolue elle en 4-4-2, ce qui offre des perspectives intéressantes au natif de Bondy. C'est dans ce système, en pointe avec Radamel Falcao, qu'il s'était révélé la saison dernière avec l'AS Monaco.

Mais pour l'aligner aujourd'hui en pointe, comme ce le fut le cas lors de bouts de match (face aux Pays-Bas, par exemple, où il avait remplacé Giroud et marqué son seul but chez les Bleus à ce jour), il faudrait que Didier Deschamps change son duo d'attaque composé d'Antoine Griezmann et d'Olivier Giroud, ce qui est loin d'être fait… En attendant peut-être un éventuel replacement en pointe (après la Coupe du monde ?), Mbappé a pris le n°10 chez les Bleus. Ce qui ne veut absolument pas dire qu'il va jouer meneur de jeu.

  • Quelle charnière centrale pour débuter ?

Pendant très longtemps, la charnière composée de Laurent Koscielny et Raphaël Varane a semblé tenir la corde dans l'esprit de Didier Deschamps. Mais le dernier Euro a bouleversé la donne, d'abord parce que Varane était absent et ensuite, parce que Samuel Umtiti a offert des garanties. La France avait entamé la compétition avec une paire Koscielny-Rami mais l'actuel défenseur de l'OM a été suspendu en quarts, Umtiti a alors pris sa place pour ne plus la lâcher jusqu'à la finale. Depuis, il s'est imposé comme un titulaire indiscutable au Barça. Koscielny-Varane-Umtiti, voilà donc que se profile un match à trois, pour deux places, Didier Deschamps n'ayant pas rappelé Rami et jugeant Presnel Kimpembe (PSG) encore jeune.

"Les trois alterneront d'ici là, probablement sur les deux matches et les amicaux (de préparation, ndlr)", a confié le sélectionneur. "Avant l'Euro, Raphaël (Varane) s'était blessé, un des joueurs les plus utilisés. Ces trois joueurs-là se connaissent bien, sont capables de former une doublette. Ils ont joué alternativement ensemble et ça n'a pas nui au rendement de l'équipe ni du secteur défensif." Les derniers événements plaident plutôt pour une paire Varane-Umtiti, Koscielny connaissant des difficultés cette saison avec son club, Arsenal.

  • Qui peut encore s'inviter ?

Didier Deschamps a donné du crédit aux 24 joueurs qu'il a retenus pour ces deux matches amicaux de mars. "Les 24 qui sont là ont l'opportunité de pouvoir être en action avec du temps de jeu, ce ne sera pas le cas de ceux qui ne sont pas là", a confié le coach des Bleus. Pour autant, est-ce que certains retours sont possibles parmi les absents ? Chez les gardiens de but, la hiérarchie est claire, avec Hugo Lloris devant Steve Mandanda et Alphonse Areola. Derrière, les incertitudes concernent surtout les latéraux. À gauche, Benjamin Mendy a repris l'entraînement. S'il est rétabli et en forme, sa place est dans le groupe. Ce sera bien plus ardu pour Layvin Kurzawa ou Jordan Amavi, d'autant que Lucas Hernandez va être testé. À droite, derrière Djibril Sidibé, Benjamin Pavard tient la corde, mais les expérimentés Christophe Jallet et Mathieu Debuchy sont à l'affût.

Au milieu, le sextet retenu a fière allure : N'Golo Kanté, Thomas Lemar, Blaise Matuidi, Paul Pogba, Adrien Rabiot et Corentin Tolisso. Difficile de s'inviter dans ce concert. Enfin, en attaque, c'est là où les interrogations sont les plus nombreuses. Elles concernent essentiellement les trois blessés, Alexandre Lacazette, Kingsley Coman et Nabil Fekir, qui ont le talent mais pas encore l'historique avec l'équipe de France. À Wissam Ben Yedder, Florian Thauvin et Anthony Martial, présents dans le groupe, de prouver que les absents ont une fois de plus tort.

Quel programme jusqu'à la Coupe du monde ? Après ces deux derniers matches amicaux, contre la Colombie, vendredi, à Saint-Denis, puis en Russie, mardi, à Saint-Pétersbourg (attention, le coup d'envoi est fixé à 17h50), Didier Deschamps planchera sur sa sélection de 23 joueurs pour la Coupe du monde, qu'il annoncera le mardi 15 mai prochain, en même temps qu'une liste de réservistes.

Ensuite, ce sera la préparation pour le Mondial à proprement parler, avec trois matches amicaux prévus en France : le lundi 28 mai contre l'Irlande au Stade de France, le vendredi 1er juin face à l'Italie à Nice et enfin contre les États-Unis, le samedi 9 juin, à Lyon. Une semaine plus tard, ce sera l'entrée dans la compétition, avec le premier match, face à l'Australie (12 heures). Au premier tour, les Bleus affronteront également le Pérou, le jeudi 21 juin à 17 heures, puis le Danemark, le mardi 26 juin à 16 heures. Puis ce sera ensuite, on l'espère, la phase finale…