Ferrari perd une bataille

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Farouchement opposée au règlement 2010 déposé en avril dernier par la Fédération internationale de l'automobile (FIA), Ferrari a vu sa demande de suspension être rejetée mercredi par le tribunal de grande instance de Paris. La Scuderia craint que cette réforme, qui prévoit notamment un plafonnement des budgets, pénalise les grandes écuries.

Farouchement opposée au règlement 2010 déposé en avril dernier par la Fédération internationale de l'automobile (FIA), Ferrari a vu sa demande de suspension être rejetée mercredi par le tribunal de grande instance de Paris. La Scuderia craint que cette réforme, qui prévoit notamment un plafonnement des budgets, pénalise les grandes écuries. La justice a donné raison à la Fédération internationale de l'automobile (FIA) dans le conflit qui l'oppose à Ferrari. La Scuderia avait menacé la semaine dernière de quitter le championnat du monde de F1 si la FIA ne revenait pas sur sa décision de modifier son règlement pour la saison prochaine. Son président, Max Mosley, prévoyait notamment d'accorder certains avantages (une plus grande liberté technique) aux écuries acceptant de limiter leur budget à 45 millions d'euros.Selon Ferrari, rejoint par Renault, Red Bull et Toyota, cette réforme désavantagerait les gros constructeurs. Face à la fronde qu'avait déclenché cette proposition, Max Mosley avait accepté de revenir en partie sur cette décision en annonçant vouloir généraliser le plafonnement des budgets à toutes les écuries, mais ce n'était toujours pas suffisant pour Ferrari et consorts qui bénéficient d'un budget allant jusqu'à 200 millions d'euros.La marque au cheval cabré a alors saisi la justice pour bloquer la réforme. Mais le Tribunal de grande instance de Paris, siège de l'institution, a annoncé mercredi qu'il rejetait cette demande. Reste désormais à savoir si la firme dirigée par Luca di Montezemelo mettra ses menaces à exécution. Réponse le 29 mai, date de clôture des inscriptions pour la saison 2010.

Europe 1
Par Rédaction Europe1.fr