Bourdais sur la sellette

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Sébastien Bourdais serait sur le point de se faire limoger par la Scuderia Toro Rosso. Le Grand Prix d'Allemagne qui se déroulera dimanche 12 juillet risque donc d'être le dernier du Manceau dans le baquet de l'écurie italienne. Le principal intéressé s'est montré très agacé par la rumeur.

Sébastien Bourdais serait sur le point de se faire limoger par la Scuderia Toro Rosso. Le Grand Prix d'Allemagne qui se déroulera dimanche 12 juillet risque donc d'être le dernier du Manceau dans le baquet de l'écurie italienne. Le principal intéressé s'est montré très agacé par la rumeur.La rumeur s'est répandue jeudi. Sébastien Bourdais serait sur le point d'être débarqué de l'écurie Toro Rosso. Si l'information venait à être vérifiée, cela représenterait à coup sûr un désaveu retentissant qui viendrait parachever, de manière cinglante, la première expérience du Manceau dans le baquet d'une Formule 1. Le Français n'a pas confirmé l'information lors d'une conférence de presse organisée avant le Grand Prix du Nürburgring: "C'est un petit peu énervant. Je n'ai rien à dire à mes employeurs. S'ils ont quelque chose à me dire, ils sont grands, ils me le diront. Qu'ils infirment ou confirment, ce n'est pas à moi de leur demander. Avec Franz Tost, le directeur, on s'est toujours tout dit, il n'y a pas de surprise". Pilote reconnu aux Etats-Unis après ses quatre titres de champion du monde de Champ Car (2004, 2005, 2006, 2007), le pilote tricolore débarque en F1 à l'aube de la saison 2008 au sein de la Scuderia Toro Rosso. Et les premiers pas dans la discipline la plus prestigieuse sont tout à fait prometteurs.Lors de son premier Grand Prix en Australie, Bourdais est contraint à l'abandon à seulement trois tours de l'arrivée, mais est cependant classé à la 7e position et inscrit par là même ses deux premiers points en F1. Très vite la comparaison avec son jeune coéquipier, Sebastian Vettel, ne vire toutefois pas en la faveur du Français. Surtout quand ce dernier remporte le Grand Prix d'Italie reléguant ainsi le Manceau au second plan.26 courses, 6 pointsDès lors le bilan n'est pas franchement brillant pour Bourdais qui va de désillusion en désillusion. En deux ans et en vingt-six courses disputées, le pilote ne parviendra à marquer que six points. L'écurie italienne aurait donc décidé de mettre fin à sa collaboration avec le Français après le Grand Prix d'Allemagne.Si cette information reste à prendre au conditionnel, elle risque de se confirmer d'ici peu. Bourdais paierait sans doute les nombreuse critiques et les doutes qu'il a souvent émis envers les performances limitées de sa monoplace. Alain Prost, le consultant Europe 1 avait d'ailleurs stigmatisé le comportement de l'un de ses successeurs sur la piste après le Grand Prix de Chine : " On a l'impression qu'il prend les choses de manière négative très vite et ça, ce n'est pas très bon pour lui." Reste désormais à Sébastien Bourdais à rebondir pour éventuellement retrouver un volant en F1.

Europe 1
Par Rédaction Europe1.fr