Vols de données personnelles en ligne : la France, pays le plus touché après les Etats-Unis

, modifié à
  • A
  • A
© ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP
Partagez sur :
Un rapport d'une société américaine place la France deuxième du classement des pays les plus touchés par le vol de données. En parallèle, la plateforme cybermalveillance.gouv.fr a été étendue mardi à tout le territoire.

La France serait le second pays le plus touché par le vol en ligne de données personnelles, d'après un rapport de la société américaine Symantec, annonce France Bleu. Les chiffres sont éloquents : 85,3 millions d'éléments d'identité (nom, prénom, email, mot de passe, etc.) ont été volés dans l'Hexagone en un an, d'octobre 2015 à octobre 2016. Aux Etats-Unis, pays le plus concerné, on dénombre 791,8 millions d'éléments dérobés, et 83,5 millions en Russie, troisième du classement. Sur la même période, 13,7 millions de personnes ont dû faire face à la cybercriminalité, d'après l'entreprise de sécurité Norton.

Vols de mots de passe et fraudes à la carte bancaire en tête. Le terme de cybercriminalité referme de vastes activités illégales comme l'apologie du terrorisme, le vols de mots de passe ou de données personnelles. Sur le territoire français, ce sont les vols de mot de passe qui sont les plus fréquents (14% des cas), juste devant les fraudes à la carte bancaire (10%). Les chiffres avancés doivent être considérés avec une marge d'erreur puisque toutes les victimes ne se sont pas aperçues des vols ou n'ont pas porté plainte.

Une plateforme de lutte contre le piratage. Pour lutter contre cette cybercriminalité, la plateforme cybermalveillance.gouv.fr a été étendue sur le territoire après avoir été d'abord testée depuis mai dans la région des Hauts-de-France. Elle vise à aider les victimes de piratage, qu'ils soient des particuliers, des entreprises ou des administrations. Cette lutte semble indispensable si on en croit d'autres chiffres inquiétants révélés par Symantec : un malware, un logiciel malveillant, serait présent dans un email sur 312 ; un mail sur 2.644 inviterait par ailleurs à cliquer sur un faux site pour dérober identifiants ou mots de passe.