Violences urbaines : l'achat et la détention d'artifices interdits dans l'agglomération parisienne

, modifié à
  • A
  • A
Villeneuve la garenne 2000*1000
Ces violences urbaines font suite à un accident de la route impliquant la police, samedi soir, dans les Hauts-de-Seine. © GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Partagez sur :
Après deux nuits de tensions à Villeneuve-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine, le préfet de police de Paris Didier Lallement a annoncé l'interdiction d'acheter ou de détenir des feux d'artifice dans les trois départements de la petite couronne parisienne. Cette interdiction court jusqu'au 27 avril.  

L'achat et la détention de feux d'artifices et autres articles pyrotechniques sont interdits dès mardi, dans l'agglomération parisienne et jusqu'au 27 avril, après deux nuits émaillées d'incidents dans certains quartiers après l'accident d'un motard à Villeneuve-la-Garenne impliquant la police.

Vente, port, ou transport de feux d'artifices interdits

Le préfet de police de Paris, Didier Lallement a annoncé dans un communiqué, l'interdiction de "la vente ou la cession à titre gratuit, ainsi que le port et le transport par des particuliers, d'artifices de divertissement et d'articles pyrotechniques", gros pétards et feux d'artifices parmi les catégories les plus bruyantes ou dangereuses, à Paris et dans les trois départements de la petite couronne, Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine et Val-de-Marne. Seules les personnes justifiant d'une utilisation professionnelle des articles pyrotechniques, ne sont pas concernées par l'interdiction arrêtée par la préfecture de police. 

Deux nuits émaillées de violences urbaines dans les Hauts-de-Seine...

Celle-ci justifie cette décision par les deux nuits qu'a connu l'agglomération parisienne, durant lesquelles les forces de l'ordre ont été "la cible de jets de projectiles, de tirs de mortiers (feux d'artifice, ndlr) et de jets de substances ou mélanges dangereux". 

Selon un bilan donné en début de matinée par la préfecture de police de Paris, neuf personnes ont été interpellées dans la nuit de lundi à mardi, exclusivement dans deux communes des Hauts-de-Seine, après des violences urbaines. Celles-ci ont été très variables en fonction des communes, de la simple poubelle incendiée aux tirs de feux d'artifices en direction des forces de l'ordre. Au total, selon un bilan policier, 20 poubelles et huit véhicules ont été incendiés sur l'ensemble de l'agglomération parisienne, dans la nuit de lundi à mardi. Un chiffre en baisse par rapport à la précédente nuit. Aucun blessé n'a été recensé, avait précisé la préfecture de police. 

...après un accident de la route impliquant des policiers samedi soir

Ces deux nuits consécutives d'incidents font suite à un accident impliquant un motard et la police, samedi soir, à Villeneuve-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine. Samedi, vers 22 heures, un homme de 30 ans qui circulait sans casque sur une moto de cross a eu la jambe gauche fracturée après avoir heurté la portière ouverte d'une voiture de police banalisée qui se trouvait à l'arrêt à un feu rouge. L'accident, en plein confinement, a rapidement enflammé les réseaux sociaux, alimentés par des vidéos de témoins dénonçant une "bavure" policière, et provoqué des échauffourées dans la ville le soir-même.