Violences policières : "Le problème est celui du commandement, de la hiérarchie"

, modifié à
  • A
  • A
Henri Leclerc 2000 7:30
Le célèbre avocat Henri Leclerc est également le président d’honneur de la Ligue des droits de l’Homme. © Europe 1
Partagez sur :
Pour Henri Leclerc, président d’honneur de la Ligue des droits de l’Homme, interrogé mercredi au micro d’Europe 1 sur les accusations récurrentes de violences policières, la chaîne de commandement n'est pas suffisamment remise en cause.
INTERVIEW

"Il ne faut avoir aucune complaisance", a dit Emmanuel Macron. En marge d’un déplacement à Pau, le chef de l’Etat faisait référence mardi aux récentes accusations de violences policières et aux images diffusés sur les réseaux sociaux. Alors que l’exécutif semble vouloir changer de ton sur cette question ultra sensible, les syndicats dénoncent de leur côté le fait de quelques individus, et mettent en garde contre la tentation d'une généralisation. "Il faut reprocher aux policiers responsables ces actes, mais le problème est celui du commandement, de la hiérarchie", estime quant à lui, au micro de Sonia Mabrouk dans la matinale d’Europe 1, Henri Leclerc, le président d’honneur de la Ligue des droits de l’Homme.

Pour cet avocat, trop souvent "ceux qui donnent les ordres, qui couvrent, ne sont pas poursuivis". "Toujours, on finit par mettre en cause des policiers individuellement, mais la hiérarchie ne l’est pas", déplore maître Leclerc. En marge du cas par cas, il estime également qu’il est temps de remettre en cause de façon globale les techniques et les méthodes policières d’interpellation utilisées en France. "Cela fait des années que l’on se bat là-dessus. Il y a un problème en ce qui concerne les instruments donnés aux policiers, en ce qui concerne les instructions et les techniques qui leur sont enseignées."

"Les lanceurs de balles de défense ont quand même fait 26 borgnes en un an. Ils ont arraché des mains", dénonce Henri Leclerc. "La plupart des pays étrangers les ont interdits."

"Pour être respecté, il faut être respectable"

Pour ce pénaliste, la multiplication des cas de violences est en train de nourrir une "distorsion entre le peuple dans son ensemble et la police". "La violence légitime de la police se doit d’avoir des règles extrêmement strictes - justement parce qu’il s’agit de la violence de l’Etat - et donc de respecter des règles essentielles", rappelle-t-il. "Nous avons une police républicaine. Elle doit être respectée, et pour être respecté, il faut être respectable", conclut maître Henri Leclerc.

 

Europe 1
Par Romain David