Variants du Covid-19 chez l'enfant : "Pas d'inquiétude, mais il faut rester vigilant"

  • A
  • A
enfant 8:50
Pour l'heure, les établissements scolaires restent ouverts mais les activités sportives scolaires et périscolaires en intérieur sont suspendues. © FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :
Alors que la France applique samedi un couvre-feu généralisé à 18 heures, le pédiatre Robert Cohen a fait le point samedi sur l'impact des variants du Covid-19 sur la santé des enfants. Selon lui, "il faut faire attention et rester extrêmement vigilants mais il n'y a pas d'inquiétude".  
INTERVIEW

Le gouvernement a annoncé une extension du couvre-feu à partir de samedi pour protéger la population face à l'émergence de nouveaux variants du coronavirus. À quel point ces mutations peuvent-elles impacter la santé des enfants ? Samedi sur Europe 1, le professeur Robert Cohen, pédiatre infectiologue à l'hôpital intercommunal de Créteil et président du Conseil national de la pédiatrie, s'est voulu rassurant. "On peut craindre une augmentation de l'incidence chez l'enfant mais ce n'est pas encore le cas", affirme-t-il. 

Le médecin ajoute qu'"il n'y pas d'augmentation des hospitalisations et des passages en réanimation" concernant les enfants. "Il faut faire attention et rester extrêmement vigilant mais il n'y a pas d'inquiétude", poursuit-il. En effet, les variants, venus d'Angleterre et d'Afrique du Sud, semblent plus contagieux que la version initiale du Covid-19. Toutefois, selon le pédiatre, les enfants ne sont pas plus en danger que le reste de la population face à ce phénomène.

"Les variants n'augmentent pas plus la contagion particulièrement chez l'enfant mais pour le tout monde. Si les adultes sont plus contagieux, les enfants le seront aussi", explique Robert Cohen, en précisant que les enfants sont généralement "moins porteurs du virus", qu'ils sont "moins contagieux" et qu'ils développent moins souvent des formes graves de la maladie. 

De nouvelles mesures à l'école, "adaptées" à la situation sanitaire

Malgré ce constat pour le moment peu alarmiste, Robert Cohen appelle à redoubler de vigilance, notamment à l'école. Pour l'heure, les établissements scolaires restent ouverts mais les activités sportives scolaires et périscolaires en intérieur sont suspendues et le protocole sanitaire dans les cantines est renforcé. "Les mesures qui ont été prises pour l'école sont tout à fait adaptées", affirme Robert Cohen, qui n'écarte pas un risque de fermeture des écoles dans le cadre d'un confinement généralisé.

"Dans le cas d'un confinement global, il n'est pas question que les parents puissent accompagner les enfants à l'école et que les personnels de l'Éducation nationale puissent travailler normalement", préconise-t-il, affirmant toutefois que ce n'est pas encore d'actualité. 

Pour le pédiatre, un dépistage massif des enfants est nécessaire. "Quand il n'y a pas un diagnostic évident chez un enfant, il faut faire un prélèvement", dit-il, rappelant que l'"on a maintenant des tests antigéniques disponibles dans les cabinets médicaux".

Europe 1
Par Tiffany Fillon