Vacances de Noël : "Il n'y a pas de risque à prendre un billet" de train, selon Djebbari

, modifié à
  • A
  • A
Jean-Baptiste Djebbari 1:32
Le ministre délégué aux transport, Jean-Baptiste Djebbari, était l'invité du "Grand rendez-vous", dimanche. © Europe 1
Partagez sur :
A l'heure où les restrictions sanitaires prennent toujours plus d'importance, beaucoup de Français craignent de devoir annuler leur départ pour les vacances de Noël. Invité du "Grand Rendez-vous" d’Europe 1, dimanche, le ministre délégué aux transports, Jean-Baptiste Djebbari, a assuré qu'il ne fallait pas hésiter à prendre un billet de train.
INTERVIEW

Un éventuel nouveau confinement pourrait mettre à mal nombre de projets de vacances. Mais concernant les fêtes de Noël qui s'annoncent, le ministre délégué aux transports, Jean-Baptiste Djebbari, se veut rassurant. Invité du Grand rendez-vous dimanche, il a encouragé les Français à ne pas changer leurs habitudes : "Il n’y a pas de risque à prendre ses billets, parce qu’ils sont remboursables sans frais jusqu’au dernier moment", a-t-il notamment déclaré.

Sécurité et maintien du trafic

Les vacances de Noël sont une période particulière entrainant généralement une hausse du trafic ferroviaire. Jean-Baptiste Djebbari assure que le gouvernement cherche à appliquer les restrictions les plus efficaces pour que les transports soient sûrs et le moins affectés possible par l'épidémie de coronavirus. Rappelant le mantra du président Emmanuel Macron, il appelle les Français à "continuer à vivre" ou du moins d'"essayer d'apprendre à vivre avec le virus".

Le ministre assure comprendre l'inquiétude de la population. Celle-ci peut d'ailleurs s'observer dans les comportements d'achat : "Depuis le déconfinement, les Français attendent pour prendre le train", affirme-t-il, avançant que 60% des billets avaient été pris dans les sept derniers jours précédent le voyage, au moment des grandes vacances. "Les Français sont comme tout le monde, dans l’incertitude, et dans une forme d’anxiété", conclut-il.

Europe 1
Par Antoine Cuny-Le Callet