Grâce au dépistage, Valérie, atteinte d'un cancer du sein, a "désormais une vie normale"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
L’Institut national du cancer a lancé dimanche soir "Savoir pour agir", un clip vidéo qui a été diffusé après le journal de 20h sur France 2, pour inciter les femmes à passer des examens de dépistage du cancer du sein. 
TÉMOIGNAGE EUROPE 1

C'est le cancer le plus fréquent et le plus meurtrier chez les femmes. Le cancer du sein est responsable de 12.000 décès par an en France. Pourtant, lorsqu'il est détecté tôt, 99% des patientes sont encore en vie 5 ans après le diagnostic. 

Une mortalité diminuée de 15%. Un dépistage que les femmes entre 50 et 74 ans sont invitées à faire tous les deux ans par courrier. Or, en 2017, seulement la moitié des Françaises qui ont reçu cette lettre est allée passer cette mammographie gratuite. Cet examen de dépistage reste pourtant indispensable, assure le Dr Anne Vincent-Salomon, spécialiste du cancer à l’Institut Curie. 

"Ça permet vraiment d’identifier des tumeurs toutes petites qui seront traitées de façon très adaptée avec une chirurgie", explique-t-elle. "On rentre le matin à l’hôpital et on ressort le soir. Ça évite dans un certain nombre de cas de devoir avoir recours à des traitements lourds comme de la chimiothérapie. Et ça permet de diminuer de 15% la mortalité chez les femmes de 50 à 74 ans, celles chez qui le dépistage est proposé justement".

"Ça peut à nouveau me sauver la vie". Pour Valérie, désormais en rémission, ce dépistage a été essentiel. "J'aurais pu annuler le rendez-vous, j'aurais pu arriver en retard, j'aurais pu faire beaucoup de choses pour ne pas y aller", assure-t-elle. "Heureusement, je n'ai pas persisté dans cette voie, j'ai été à mon rendez-vous, je me suis faite dépister. Grand bien m'en a pris parce qu'on m'a trouvé deux tumeurs qui étaient malignes", poursuit-elle.

"J'ai donc eu une opération, ensuite la chimiothérapie a commencé, ensuite la radiothérapie puis l'hormonothérapie", raconte Valérie. "J'ai désormais une vie tout à fait normale, j'ai 3 enfants dont je m'occupe, je retravaille", témoigne-t-elle. "Je vais faire mes mammographies de contrôle toujours à reculons. Et je me dit que s'il y a quelque chose, je sais que je serai prise certainement à temps comme la première fois et que ça peut, à nouveau, me sauver la vie".

"Savoir pour agir". En trois mots : "faites-vous dépister". C'est précisément ce message que l’Institut national du cancer souhaite faire passer, grâce à une nouvelle campagne de sensibilisation lancée ce dimanche. Un clip vidéo de 2 minutes, "Savoir pour agir" qui a été diffusé après le journal de 20h sur France 2.