Une jeune radicalisée condamnée à sept ans de prison pour un projet d'attentat

  • A
  • A
Dix ans d'emprisonnement avaient été requis à l'encontre de la jeune femme.
Dix ans d'emprisonnement avaient été requis à l'encontre de la jeune femme. © JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :
Alors âgée de 18 ans, Janna C. avait été interpellée en 2016 alors qu'elle envisageait de commettre un attentat en France au nom de l'organisation djihadiste État islamique (EI). 

Ce mercredi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Janna C., une jeune radicalisée interpellée en 2016, à sept ans de prison. Le jeune femme projetait de commettre un attentat en France au nom de l'organisation État Islamique (EI) alors qu'elle était âgée de 18 ans. Le tribunal correctionnel a assorti cette peine d'une période de sûreté des deux tiers et prononcé son maintien en détention. Il a également ordonné un suivi socio-judiciaire pendant cinq ans.

Commettre un attentat était "banal" selon elle

Le 12 juillet, le parquet avait requis la peine maximale de dix ans d'emprisonnement, à l'encontre de la jeune femme aujourd'hui âgée de 21 ans.

Abreuvée de la propagande de l'EI, elle avait été interpellée le 10 août 2016 dans un jardin public de Clermont-Ferrand, après avoir évoqué un projet d'attentat dans des messages et auprès de sa famille. Cette jeune radicalisée avait la veille recherché sur Internet "comment fabriquer une ceinture explo" (sic) ou la technique de "fabrication du TATP", un explosif artisanal très instable prisé des djihadistes. Sur Snapchat, elle avait donné "rendez-vous dans le paradis éternel".

À l'époque, "j'étais dans mon délire, (…) dans ma bulle" et commettre un attentat était "banal", avait expliqué la jeune femme à l'audience.

Une autre radicalisée condamnée

L'enquête avait débuté après un appel à commettre des attentats en France par le propagandiste français de l'EI, Rachid Kassim, relayé sur une chaîne du réseau social crypté Telegram. Les enquêteurs avaient repéré Janna C. en remontant ses échanges avec la créatrice de cette chaîne, alors mineure, poursuivie dans un dossier distinct. Elle était aussi jugée pour avoir incité cette mineure à commettre un attentat et pour avoir envisagé de se rendre en Syrie, ce qu'elle nie. Le tribunal a retenu un "projet d'action violente" à l'explosif contre Janna C., mais pas de volonté de départ en Syrie. 

Une autre radicalisée, Djelika S., 25 ans, qui était très proche de Janna sur Internet et qui comparaissait à ses côtés, a elle été condamnée à six ans d'emprisonnement. Jeune femme à la personnalité instable, Djelika s'était auto-accusée devant les policiers, indiquant que Janna et elle avaient prévu deux attaques au couteau pour "tuer le maximum de personnes", des déclarations faites sans avocat et qui n'ont jamais été corroborées par l'enquête, a souligné le tribunal. Les juges l'ont par conséquent uniquement condamnée pour des velléités de départ en Syrie. Huit ans avaient été requis à son encontre.