Drôme : une femme tuée après que son fils a refusé de donner une cigarette

, modifié à
  • A
  • A
Un des auteurs présumés de la rixe se trouvait en garde à vue, tandis qu'un autre était hospitalisé 1:18
Un des auteurs présumés de la rixe se trouvait en garde à vue, tandis qu'un autre était hospitalisé © AFP
Partagez sur :
"C'est une histoire banale de cigarettes qui a mal tourné", après le refus opposé par un adolescent qui se trouvait à l'intérieur du restaurant de donner des cigarettes à un groupe de personnes. L'adolescent s'est réfugié à son domicile et sa mère est sortie pour aller au devant des quatre personnes qui menaçaient son fils. Cette femme d'une trentaine d'années a alors reçu un coup de couteau et en est morte.

Une rixe provoquée par une cigarette refusée a éclaté dimanche soir à Saint-Vallier, dans la Drôme, entraînant la mort par arme blanche d'une mère de famille et faisant six blessés, a appris lundi l'AFP auprès de la préfecture. Les faits, qui restent assez confus, sont survenus vers 20h15 dans un restaurant McDonald's de cette ville de la vallée du Rhône.

La mère poignardée pour avoir défendu son fils

"C'est une histoire banale de cigarettes qui a mal tourné", explique-t-on. Un groupe de jeunes demandent une cigarette à un autre groupe de personnes, d'origine roumaine. Ces derniers, qui habitent dans la petite ville, ont refusé. Quelques noms d'oiseaux sont échangés et la dispute se transforme en véritable rixe dans le centre-ville. Rapidement, les agresseurs sortent des couteau et poignardent plusieurs personnes avant de prendre la fuite.

Un adolescent se réfugie à son domicile et sa mère sort pour aller au devant des quatre personnes qui menaçaient son fils. Cette femme d'une trentaine d'années a alors reçu un coup de couteau. Des membres de la famille ont tenté de la transporter aux urgences à bord d'un véhicule mais son état de santé se dégradant, ils ont appelé les secours qui ont prononcé son décès sur place.

Quatre personnes en "urgence absolue"

Deux autres personnes ont été atteintes "assez sérieusement mais, a priori, leurs jours ne seraient pas en danger", ajoutait-on à la préfecture en début de matinée avant de préciser plus tard que le bilan de la rixe faisait état de quatre personnes en "urgence absolue" et deux en "urgence relative".

Un des auteurs présumés de la rixe se trouvait en garde à vue lundi, tandis qu'un autre était hospitalisé, a indiqué la même source.