Sylviane Agacinski : La question du "consentement de l'enfant est hors sujet"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
La philosophe considère qu'il faut modifier le code pénal pour protéger les mineurs sur la question du consentement, pour bannir cette question en ce qui concerne le viol d'un enfant. 
INTERVIEW

Sylviane Agacinski, philosophe et auteure de nombreux ouvrages sur les sexes et le genre était l'invitée de l'émission C'est arrive cette semaine. Soulignant que la prise de position présidentielle, prévue à la mi-journée, sur les violences faites aux femmes, pouvait être utile si elle accompagnés "d'actes et de politiques suivies", la philosophe est aussi revenue sur les violences faites aux mineures et notamment sur la question du consentement de l'enfant.

"Il faut revoir le code pénal".L'affaire de viol d'une enfant de 11 ans qui a relancé la question du consentement a choqué la philosophe. "J'ai été comme tout le monde absolument scandalisée qu'on s'interroge sur le consentement d'une enfant de 11 ans. C'est inadmissible, là, il faut revoir le code pénal. Il faut dire très clairement que le consentement de l'enfant est hors sujet", théorise la philosophe qui explique son propos. "Il est évident qu'un enfant peut consentir, pour des tas de raisons : parce qu'il est surpris, intimidé, sidéré et même parce qu'il est séduit. Un enfant peut être séduit par les manœuvres d'un adulte. Il a sa sensibilité, il peut être flatté qu'on le considère comme un grand, il ne sait pas où on veut l'amener."

14 ou 15 ans, un âge à définir. Le code pénal doit être extrêmement clair en conséquence, affirme la philosophe. "il ne doit pas dire dans une sorte de charabia 'présomption de non consentement', non ! Le consentement est absolument hors sujet. Il faut dire 'Il est interdit et puni extrêmement sévèrement à tout adulte de faire toute proposition sexuelle que ce soit à un mineur de 14 ou 15 ans." Sur l'âge précis, la philosophe souligne qu'il faut ajuster ce point avec les recherches, mais le principe selon elle est très clair : "Le consentement ne joue pas, c'est très simple."

Europe 1
Par A.D