Salmonelles dans du lait infantile : "On empoisonne nos enfants"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Quentin Guillemain, père d'un bébé qui a consommé du lait Lactalis concerné par le retrait du marché en raison d'un risque de contamination par des salmonelles, a déploré lundi sur Europe 1 le manque de communication et l'inaction de l'État. Il va porter plainte lundi.

INTERVIEW

625 lots de laits infantiles 1er âge ont été rappelés ces dernières semaines après la contamination d'une vingtaine de jeunes enfants de moins de six mois par des salmonelles, des bactéries pouvant entraîner des infections potentiellement graves chez les plus jeunes. 

"Faire la lumière sur ce qu'il s'est passé". Quentin Guillemain, père d'un bébé de trois mois qui a consommé du lait fabriqué dans l'usine Lactalis de Mayenne et délivré sur ordonnance, va être le premier lundi à déposer plainte contre le groupe laitier. "Quand on donne du lait à son enfant, on espère que ce lait est sain et sans risque. Il a été prouvé que ce n'était pas le cas. A partir de là, on considère qu'il faut faire la lumière sur ce qu'il s'est passé, que l'on puisse savoir qui est responsable dans cette histoire", a-t-il expliqué lundi au micro de Raphaëlle Duchemin dans Europe 1 bonjour.

"Un scandale sanitaire". Depuis quinze jours et les premiers rappels de lots, personne n'a pris contact avec ce père de famille, qui a créé une adresse mail pour permettre aux parents concernés d'échanger sur le sujet : "Il faudrait que Lactalis et le gouvernement prennent leur responsabilité. On n'a entendu absolument aucune parole de l'État, aucune parole de Lactalis, personne ne daigne informer les parents, répondre à leur question sur la santé de leur enfant", s'indigne-t-il. "Il serait temps que le ministre de l'Economie, le ministre de tutelle de la répression des fraudes et que la ministre de la Santé tapent du poing sur la table. On ne les entend pas du tout alors que l'on est dans un scandale sanitaire d'ampleur. On parle de millions de boites, de millions de familles potentielles. C'est un scandale sanitaire car on empoisonne nos enfants", insiste Quentin Guillemain.