Restrictions d'eau dans une partie du Gard, 17 départements concernés

  • A
  • A
Dans le Gard, les communes en aval de La Cèze ont été placées en alerte de niveau 1.
Dans le Gard, les communes en aval de La Cèze ont été placées en alerte de niveau 1. © @CreativeCommons
Partagez sur :
Dix-sept départements sont concernés par des mesures de restriction d'eau, en raison du niveau des nappes phréatiques et des cours d'eau.

Des premières mesures de restriction d'eau ont été prises dans 45 communes du Gard, les niveaux des nappes et des cours d'eau présentant une "tendance généralisée à la baisse", a annoncé jeudi la préfecture du Gard.

Une partie du Loiret et de l'Indre en niveau crise

Dix-sept départements sont concernés par des mesures de restriction d'eau, selon le site ministériel Propluvia. Parmi eux, le Loiret et l'Indre sont en niveau crise sur une partie de leur territoire. Il existe trois niveaux de restriction : l'alerte de niveau 1, l'alerte renforcée et enfin le niveau crise qui interdit les prélèvements non prioritaires y compris à des fins agricoles.

Dans le Gard, les communes en aval de La Cèze ont été placées en alerte de niveau 1 : le remplissage des piscines privées, le lavage des voitures et le fonctionnement des fontaines en circuit ouvert sont interdits.
L'irrigation agricole et des jardins potagers est autorisée uniquement entre 10 heures et 18 heures tandis que pour l'arrosage domestique (pelouses, jardins d'agrément...), des terrains de golf, et espaces sportifs, l'interdiction est étendue de 8 heures à 20 heures.

Des niveaux "peu satisfaisants" partout en France

"Météo-France annonce des températures élevées, et peu de précipitations dans les prochains jours. Dans ces conditions, en ce début de période estivale, les niveaux des nappes et les débits des cours d'eau devraient poursuivre leur baisse", a ajouté la préfecture du Gard dans un communiqué.

Selon le Bureau de recherches géologiques et minières, de nombreuses nappes phréatiques en France affichent des niveaux "peu satisfaisants" et "inférieurs" à ceux de l'an dernier. Au 1er juin, 59% des nappes se situaient à un niveau "modérément bas à bas". Cet été prévu plus chaud que la normale, l'établissement public s'attend à des problèmes dans certaines régions (sud de l'Alsace, Bourgogne, amont du Rhône) où les niveaux d'aquifères sont proches des minima enregistrés pour un mois de mai.