REPORTAGE - À Mourenx, certains retraités renoncent aux soins par manque de moyens

  • A
  • A
Simone, Mourenx, Théo Maneval / Europe 1, 1280 2:22
© Théo Maneval / Europe 1
Partagez sur :
EN DIRECT DE MOURENX, JOUR 4 - Avec une petite retraite, certains seniors préfèrent renoncer à avoir recours aux soins par manque de moyens. "Je dois déduire loyer, télécoms, EDF, assurance... Il ne me reste que 200 euros", confie Simone, 87 ans
EN DIRECT DE MOURENX

>> Toute la semaine, deux reporters d'Europe 1 posent leurs valises à Mourenx, une commune de 7.000 habitants située dans les Pyrénées-Atlantiques. Le but ? Vous donner la parole et entendre vos problématiques quotidiennes. Retrouvez nos reporters en direct de Mourenx tous les jours à 7h12, dans les journaux de la matinale ainsi que ceux de Raphaëlle Duchemin et Pierre de Vilno entre 12h et 14h et de Matthieu Belliard de 17h et 20h.

Parmi les "gilets jaunes", de nombreux retraités expliquent qu'ils ont de plus en plus de mal à s'en sortir avec leurs pensions. À Mourenx, le centre d'action sociale (CCAS) voit les demandes d'aide pour des soins médicaux augmenter d'année en année, à cause notamment du déremboursement par la Sécurité sociale de certains médicaments, ou prestations. Certains retraités renoncent purement et simplement à certains soins médicaux par manque de moyens.

"J'appréhende parce qu'il va falloir que je donne 152 euros et des poussières." Si Simone, 87 ans, a peur d'aller chez le dentiste, ce n'est pas à cause de la douleur. Depuis des mois, elle repousse le moment de changer son dentier. "J'appréhende parce qu'il va falloir que je donne 152 euros et des poussières. Ma pension est à 715,24 euros. Je dois déduire loyer, télécoms, EDF, assurance... Il ne me reste que 200 euros", confie-t-elle sur Europe 1.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Hors de question d'en dépenser les trois-quarts d'un coup. Elle a poussé la porte du bureau d'Isabelle, au Centre d'Aide Sociale de la mairie de Mourenx. Cette dernière assure recevoir de plus en plus de visites de seniors, face à la baisse des remboursements : "Il y a des médicaments qui sont déremboursés pour la circulation sanguine. N'empêche que le médecin le prescrit quand même. A l'heure actuelle, j'ai deux à trois semaines de délai pour avoir un rendez-vous, ce qui n'était pas le cas avant."

"Il y a même des gens qui ont du mal à manger à la fin du mois." Car avec des budgets aussi serrés, même un changement de quelques euros n'est pas sans conséquences. Certains ne se permettent plus les petits soins du quotidien. Lucien est infirmier depuis 71, il soigne désormais certains patients sans les faire payer. "Il y a même des gens qui ont du mal à manger à la fin du mois, qui sont juste avec du pain grillé qui date de trois jours. On en est là. C'est bête mais c'est comme ça", lâche-t-il avec émotion. Ici, c'est encore l'entraide qui permet de relever les défis.

Europe 1
Par Théo Maneval, édité par Grégoire Duhourcau