Rejet des évaluations à l'école : le ministère recadre les professeurs

  • A
  • A
Les élèves de CP doivent, depuis cette année, passer de nouvelles évaluations, que rejettent des syndicats d'enseignants.
Les élèves de CP doivent, depuis cette année, passer de nouvelles évaluations, que rejettent des syndicats d'enseignants. © MYCHELE DANIAU / AFP
Partagez sur :
Des enseignants ont refusé de faire passer des évaluations à leurs élèves de CP, CE1 ou de 6ème, ou d'en transmettre les résultats, une "faute professionnelle" selon l'Education nationale qui les rappelle à l'ordre. 

Un courrier du ministère de l'Education nationale adressé la semaine dernière aux directeurs académiques et aux recteurs pour recadrer les enseignants qui ont refusé de faire passer les évaluations à leurs élèves, a sérieusement irrité les syndicats. Dans ce courrier du 8 mars, publiée en début de semaine par la lettre spécialisée "Le café pédagogique", le directeur des ressources humaines du ministère, Edouard Geffray, souligne avoir été alerté par le fait que certains professeurs ont "refusé de faire passer les évaluations de CP, de CE1, ou de 6ème, ou d'en transmettre les résultats".

Une "faute professionnelle". Pour le ministère, ces évaluations permettent d'avoir un portrait très précis du niveau de l'élève. Elles sont à l'inverse décriées par les syndicats, qui les jugent inutiles, facteurs de stress, ou plus ou moins exploitables selon les conditions dans lesquelles elles sont réalisées. "Le refus de procéder à l'évaluation des élèves constitue une faute professionnelle", écrit Edouard Geffray dans son courrier, en demandant de veiller à "apprécier le comportement de chacun des professeurs concernés et le respect de la procédure disciplinaire".

Interrogé jeudi par l'AFP, Edouard Geffray estime que les professeurs récalcitrants ne sont pas très nombreux : "ce n'est pas massif". Mais "ce type de comportement se fait au détriment de la politique éducative du ministère, ce n'est pas acceptable", dit-il.

 

Les syndicats dénoncent un "décalage" avec "ce qui se passe sur le terrain". Son rappel à l'ordre a été très mal reçu par les syndicats. Le Snuipp-FSU (premier syndicat du primaire) dénonce ainsi une "crise d'autoritarisme". "Le ministère tente un passage en force", s'indigne Francette Poppineau, secrétaire générale du syndicat. "Il y a un décalage entre ce genre de prescriptions et ce qui se passe sur le terrain avec des professeurs qui évaluent chaque jour les progrès et les réussites de leurs élèves", poursuit-elle. "Il y a un franchissement de cap", s'agace aussi Stéphane Crochet, secrétaire général du syndicat SE-Unsa, regrettant l'envoi de cette lettre "sans autre mode d'échange, notamment avec les organisations syndicales". "C'est mettre sous tension tout le système éducatif et, de toute façon, contre-productif", poursuit-il.

 

Des 20/20 d'office au lycée. Comme le souligne "Le café pédagogique", des professeurs de lycées ont également été rappelés à l'ordre pour avoir mis des 20/20 à leurs élèves, une façon pour eux de protester contre la réforme du lycée. Des proviseurs ont notamment envoyé une lettre aux professeurs concernés pour les mettre en demeure de rectifier une "faute professionnelle et potentiellement un délit", parfois sous la menace de sanctions.