Pourquoi les disputes au sein du couple sont inévitables pendant le confinement

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Normales au sein d'un couple, les disputes deviennent inévitables pendant le confinement. Un phénomène qui inquiète Sofia, qui se prend désormais régulièrement le bec avec son mari. Dans "Sans rendez-vous" sur Europe 1, la sexologue et psychanalyste Catherine Blanc explique qu'elles ne remettent pas en cause le fondement du couple, mais traduisent un mal-être personnel.

Beaucoup de Français l'ont expérimenté : le confinement est une source de tensions au sein d'un couple. Cloîtré dans un espace restreint, la vie peut vite devenir difficile, rendant les disputes inévitables. Dans "Sans Rendez-vous" sur Europe 1 ce mercredi, la sexologue et psychanalyste Catherine Blanc répond à Sofia, qui s'inquiète de ce phénomène au sein de son couple, et analyse les raisons des prises de bec intimes dans cette période si particulière.

La question de Sofia

"Avec mon mari nous ne nous disputons jamais, mais là on enchaîne les engueulades. Le problème, c’est qu’on a du mal à ne pas le faire devant les enfants. Mon fils de 10 ans a même pleuré vendredi dernier en disant que l’on allait divorcer, que faire ?"

La réponse de Catherine Blanc

"Les disputes ne veulent surtout pas dire que le couple est remis en question. Simplement, il faut comprendre que le confinement est une période imposée par d’autres que soi, à l’extérieur de la sphère intime. On se retrouve donc avec des enjeux, des rythmes, mais aussi des fonctions qui peuvent être différentes : l’un peut travailler plus, tandis que l’autre est en charge du reste. Ce qui peut provoquer une remise en question de sa propre compétence, puisque professionnellement il ou elle n’est pas actif.

Un couple se fonde avec une distribution des rôles et des territoires, mais tout a été bousculé avec ce confinement, et pas par choix. Si bien que monsieur ou madame se sent remis en question dans sa compétence, ou exagérément sollicité, ce qui crée des tensions par mal-être personnel, et non par doute par rapport à l’autre. On s’appuie toujours sur des choses anecdotiques, mais ça en révèle des plus profondes. Pas concernant l’autre, mais soi. C’est son propre mal-être qui émerge sur tout et n’importe quoi. Chacun raconte son propre mal-être.

Tout cela mène à une situation explosive, et aux disputes, même en présence des enfants. Et c’est logique, les tenir à l’écart demande beaucoup de recul, quand là, nous sommes dans quelque chose qui est épidermique.

Il faut les rassurer, dire qu’il n’y a rien de grave, qu’ils ne vont pas divorcer, et qu’ils sont juste un peu énervés, comme cela peut aussi lui arriver.

Europe 1
Par Catherine Blanc, édité par Ugo Pascolo