Pourquoi Gérard Lanvin a-t-il pris la parole lors de la manifestation des policiers ?

  • A
  • A
Gérard Lanvin 1:00
Gérard Lanvin a pris la parole lors de la manifestation des syndicats de police, mercredi. © Europe 1
Partagez sur :
L'acteur Gérard Lanvin est monté à la tribune de la manifestation des policiers, mercredi 19 mai. Invité de "C'est arrivé cette semaine" sur Europe 1 samedi, il explique pourquoi il a choisi de prendre la parole pour soutenir les forces de l'ordre, deux semaines après le meurtre d'un brigadier à Avignon.
INTERVIEW

Il a beau être sur tous les fronts, (un album avec son fils Manu Lanvin, l'Olympia en 2022 et au cinéma dans Envole-moi) Gérard Lanvin est là où on ne l'attend pas. L'acteur a en effet pris la parole à la tribune lors de la manifestation des syndicats de policiers, mercredi 19 mai, qui a réuni environ 35.000 personnes devant l'Assemblée nationale. Deux semaines après le meurtre du brigadier Eric Masson, l'acteur a notamment remercié les policiers d'"exister pour nous et pour nous protéger". Invité de "C'est arrivé cette semaine" sur Europe 1 samedi, l'acteur a expliqué pourquoi il a choisi de soutenir les forces de l'ordre.

"Les policiers, des gens un peu exceptionnels"

Et si l'acteur a pris la parole, c'est tout simplement "parce qu'ils [les syndicats de police, ndlr] me l'avaient demandé", indique-t-il. Un choix qui ne doit rien au hasard, puisque Gérard Lanvin est engagé auprès des forces de l'ordre. "J'ai beaucoup travaillé avec la BRI (brigade de recherche et d'intervention), avec le Raid, avec les services de police". Des collaborations que l'acteur doit à ses nombreux rôles "de voyous ou de flics" qui ont nécessité qu'il apprenne à tirer avec une arme à feu. Des entraînements au cours desquels l'acteur a toujours rencontré des "gens un peu exceptionnels".

"Sans la police, je ne sais pas ce que va devenir ce pays"

Gérard Lanvin a donc tenu "à soutenir les forces de police parce [qu'il ne fait] pas d'amalgame". "Il y a forcément des salopards dans la police, mais il n'y a pas que ça. Et en face, les bandes nous prouvent aujourd'hui que la rue est très dangereuse. Sans la police, je ne sais pas ce que va devenir ce pays." Assurant également qu'il n'a "pas de honte à penser ce qu'il n'a pas de honte à dire", l'acteur précise qu'il soutient les policiers parce qu'il les estime.

Europe 1
Par Ugo Pascolo