Paris : la famille d'un conducteur mort après une interpellation conteste la version des policiers

  • A
  • A
1:14
© AFP
Partagez sur :
Cédric, 42 ans, est mort dans la nuit de samedi à dimanche après avoir fait un malaise cardiaque lors d'une interpellation par la police vendredi. Alors que l'IGPN a été saisie, l'avocat de la famille a lancé un appel à témoins pour savoir si un geste inapproprié des forces de l'ordre n'aurait pas pu provoquer la mort du conducteur.

Simple malaise cardiaque ou bavure policière ? Alors qu'un conducteur de scooter est mort dans la nuit de samedi à dimanche après avoir fait un malaise cardiaque lors d'une interpellation par la police vendredi, l'IGPN a été saisie pour faire toute la lumière sur les faits, tandis que l'avocat de la famille, qui doit tenir une conférence de presse mardi, a lancé un appel à témoins. 

La victime, Cédric, un livreur de 42 ans et père de 5 enfants, a été contrôlé à scooter vendredi matin sur une grande avenue parisienne. D'après la police, il téléphonait en roulant, et se serait montré irrespectueux et agressif à l'égard des policiers, à tel point que ces derniers ont décidé de l'interpeller pour outrage. Le conducteur aurait résisté avant d'être victime d'un malaise cardiaque alors qu'il était menotté, toujours selon la police.

La famille de la victime pourrait déposer plainte

Alors que l'IGPN, la police des polices, a été chargée de l'enquête, la famille de Cédric, elle, s'interroge sur la responsabilité des policiers. L'avocat de la famille a lancé un appel à témoins ce week-end pour savoir si les policiers n'ont pas eu un geste inapproprié, comme "une clé d''étranglement" ou un "plaquage" qui aurait privé le cerveau de Cédric d'oxygène et provoqué son décès.

Grâce à cet appel à témoins, l'avocat annonce avoir recueilli vidéos et témoignages qui contredisent la version des policiers. La famille de Cédric pourrait déposer plainte mardi. 

Europe 1
Par Marion Dubreuil, édité par Antoine Terrel