"Par rapport à 2015, on constate une multiplication par deux du nombre de noyades"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Selon une enquête publiée chez Santé Publique France, le nombre de noyades est en forte hausse cet été. Depuis le 1er juin, 1.139 noyades ont eu lieu.
INTERVIEW

Des chiffres alarmants. Selon l’enquête "Noyades 2018", publiée chez Santé Publique France, 1.139 noyades ont été recensées en France, entre le 1er juin et le 26 juillet de cet été, dont 251 mortelles. Des statistiques en hausse par rapport à la précédente étude, réalisée en 2015.

"On se baigne plus que d’habitude". Il fait chaud, il fait beau et le soleil est au rendez-vous, alors logiquement, les Français se baignent davantage. "Les conditions climatiques sont la première raison de cette augmentation du nombre de noyades par rapport à 2015", indique Aymeric Ung, épidémiologiste et responsable de l’enquête "Noyades 2018". Si le nombre de noyades augmente, celui des morts, lui, ne varie pas et reste autour des 250.

Défaut de surveillance et surestimation de soi. "Globalement, on se noie dans tous les lieux", explique Aymeric Ung. 40% des noyades ont lieu en mer, un quart en piscine, un autre quart en court d'eau et plan d'eau, et le reste "dans des lieux divers", souligne le spécialiste. En fonction des âges, la cause des accidents est différente. "Les noyades chez les très jeunes enfants ont lieu en piscine. Dans ces cas-là, il s'agit d'un défaut de surveillance", explique l'épidémiologiste. Pour les adultes, "il y a surestimation de sa condition physique et des prises de risque plus importantes".

Vigilance. Que ce soit en mer, en piscine ou en cours d'eau, les conseils restent les mêmes pour éviter tout drame : une vigilance constante, ne pas présumer de ses forces et privilégier les zones surveillées (pour les baignades en mer), notamment lorsqu'on ne connaît pas les lieux. Les noyades peuvent se dérouler très rapidement. En moins de trois minutes, un enfant peut se noyer dans 20 centimètres d'eau.

Europe 1
Par Guillaume Perrodeau