Panne à Montparnasse : pourquoi le rétablissement du trafic est-il si long ?

Le trafic devrait rester perturbé pendant plusieurs jours à la gare Montparnasse.
Le trafic devrait rester perturbé pendant plusieurs jours à la gare Montparnasse. © GERARD JULIEN / AFP
  • Copié
, modifié à
La circulation reste très perturbée lundi au départ et à l'arrivée de la gare Montparnasse, trois jours après l'incendie d'un poste électrique l'alimentant. La date du retour à la normale reste incertaine. 

En plein chassé-croisé estival, la crise s'installe à Montparnasse. Après l'incendie d'un poste électrique l'alimentant, vendredi à Issy-les-Moulineaux, la gare fonctionne toujours au ralenti, lundi : 115 trains, soit la moitié du trafic prévu, ont été supprimés. Parmi les trajets restants, 60% partent et arrivent à Montparnasse et 40% sont reportés sur la gare d'Austerlitz, selon un "plan de continuité" prévu par la SNCF depuis l'été dernier. Jusqu'à quand celui-ci restera-t-il en place ? La réponse est encore floue. 

Quels sont les travaux en cours ? 

"Nous ne comprenons pas. Vu la situation névralgique de la gare, nous avons bâti trois circuits d'alimentation indépendants - alors qu'un seul suffit", a déploré Claude Solar, directeur général de SNCF Réseau dans le JDD, dimanche. Une sous-station principale et une sous-station de secours sont en effet situées à Vanves, tandis qu'une troisième est plus proche de la gare. "Il se trouve que plus loin, RTE (filiale d'EDF, ndlr) a branché ces trois circuits à une seule et même installation, celle qui a brûlé", entraînant la coupure de toute l'alimentation électrique de la gare. 

Depuis l'incendie, RTE a opté pour une solution d'urgence : le basculement vers la sous-station d'alimentation électrique de Porchefontaine, près de Versailles. "Mais la puissance électrique n'est pas suffisante" pour assurer un trafic normal, a expliqué lundi Patrick Jeantet, PDG de SNCF Réseau. "Elle nous oblige à diminuer le nombre de trains que l'on peut faire circuler", de douze à cinq par heure. En attendant la réparation du poste d'Issy-les-Moulineaux, qui devrait prendre plusieurs mois, l'urgence consiste donc à trouver un poste suffisamment important pour absorber le trafic de la deuxième gare de France. RTE a proposé une solution à la SNCF : le recours à des transformateurs situés à 400 mètres du lieu de l'incendie, mais épargnés par le sinistre. Les travaux de raccordement de ces transformateurs à la sous-station de Vanves "sont menés tambour battant", selon Patrick Jeannet. 

Quand le courant sera-t-il rétabli ? 

Tout dépend du succès des travaux. Les résultats des tests de ces raccordements sont attendus lundi après-midi. S'ils sont positifs, le courant pourrait être rétabli dans la soirée ou mardi matin. "Si ça ne marche pas, ils auront besoin d'un peu plus de temps", a annoncé Patrick Jeannet. Les dernières communications officielles de RTE et de la SNCF faisaient état d'un rétablissement au plus tard mardi soir

Mais le PDG de SNCF Réseau s'est montré prudent, expliquant que la sous-station à laquelle seront raccordés les transformateurs ne sera reliée aux transformateurs que "par un lien", contre trois en temps normal. "Certes, ce lien permet de rétablir en pleine capacité la puissance nécessaire pour faire fonctionner la gare Montparnasse. Mais nous serons dans une situation fragile : un incident pourrait réapparaître. Nous travaillons avec RTE sur la fiabilisation et le fait de rétablir un deuxième lien, voire un troisième", a-t-il expliqué. 

Tous les trains pourront-ils immédiatement circuler ? 

Non. Car outre cette gare stratégique, le poste de haute tension d'Issy-les-Moulineaux alimentait aussi le Technicentre atlantique de Châtillon, où est assurée la maintenance des TGV de Montparnasse. Depuis la panne, "les opérations de vérifications périodiques de sécurité (systèmes de frein, moteurs, portes...) n'ont pu être réalisées sur l'ensemble des trains", a expliqué la SNCF dans un communiqué. "De nombreuses rames sont donc actuellement indisponibles à la circulation", a déploré l'entreprise, promettant que les techniciens mettront les bouchées doubles quand le courant sera revenu. Plusieurs jours devraient être nécessaires à ces travaux : sous réserve de respect des délais avancés par RTE, et en l'absence de nouvel incident, le groupe tablait lundi sur un trafic "quasi-normal" vendredi, et totalement rétabli lundi 6 juillet.