Oise : polémique après l'abattage d'un cerf dans le jardin d'un pavillon

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Samedi, un cerf a été abattu dans le jardin d'une propriété privée dans l'Oise. Les voisins sont profondément choqués, tout comme les internautes qui ont lancé une pétition.

L'abattage d'un cerf, dans l'Oise, suscite une vive polémique sur les réseaux sociaux, notamment portée par l'humoriste et défenseur de la cause animale Rémi Gaillard.

"C'est un assassinat pur et simple". Samedi après-midi, un cerf de 200 kilos surgit dans le lotissement de Lacroix-Saint-Ouen, près de Compiègne, après une traque de plusieurs heures par des chasseurs à courre. Épuisée, la bête saute par-dessus une clôture, et se retrouve coincée dans un jardin. Une dizaine de gendarmes tente de la faire sortir, en vain. L'animal panique. Alors au bout d'une heure, les forces de l’ordre doivent demander à l'un des chasseurs de l'abattre. La scène a été filmée et tourne en boucle sur les réseaux sociaux.

Un véritable choc pour les riverains. "Moi je dis que c'est un assassinat pur et simple", dénonce Evelyne. "Quand ma petite-fille a entendu les deux coups de feu, elle s'est écroulée en pleurant."

"Il aurait fallu stopper les chiens bien avant". Du côté des chasseurs, on estime que la procédure a été respectée. Pour Pierre de Boisguilbert, responsable de l'association nationale de chasse à courre, un tel scénario était de toute façon imprévisible. "Le cerf est un animal sauvage, les chiens sont des prédateurs. Entre ce qu'on décide et ce qu'on arrive à faire techniquement, ce n'est pas toujours très facile. Reste qu'il aurait fallu stopper les chiens bien avant, pour être sûrs qu'ils n'approchent pas le village. Mais ça, c'est dans un monde idéal", estime-t-il.

Un argumentaire visiblement incompris. Depuis l’incident, le chasseur dit avoir reçu plusieurs centaines de menaces de morts. Une pétition contre la chasse à courre, qui compte déjà près de 9.000 signatures, a été lancée sur le site Change.org. Une enquête a par ailleurs été ouverte par le parquet de Compiègne mercredi. L'association nationale de chasse à courre doit dire jeudi si le chasseur va être ou non sanctionné. 

Oise : polémique après l'abattage d'un cerf dans le jardin d'un pavillon