Pour Jean-Pierre Farandou, nouveau patron de la SNCF, "ça va être un exercice d'équilibriste"

, modifié à
  • A
  • A
(Image d'illustration.) 0:40
(Image d'illustration.) © PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :
Jean-Pierre Farandou prend vendredi la tête de la SNCF alors que le transporteur est en pleine réforme et en proie aux tensions sociales. Invité à s'exprimer sur Europe 1, Gilles Dansart, spécialiste du ferroviaire, estime qu'il sera difficile d’échapper à la multiplication des conflits si le nouveau patron ne compose pas avec les cheminots et le gouvernement.
INTERVIEW

Alors que la SNCF en pleine réforme est secouée par une forte contestation sociale ces dernières semaines, Guillaume Pepy laisse vendredi les rênes du transporteur à Jean-Pierre Farandou. Pour le nouveau patron, "ça va être un exercice d’équilibriste", affirme Gilles Dansart, spécialiste du ferroviaire et directeur du site Mobilettre. "Il doit appliquer la feuille de route du gouvernement et montrer en même temps aux cheminots qu’il est des leurs", détaille-t-il.

Jean-Pierre Farandou va aussi devoir composer avec un "calendrier extrêmement compliqué", rappelle le spécialiste. "Les municipales approchent, dans un peu plus d’un an ce sera au tour des élections régionales, puis de la présidentielle… Jean-Pierre Farandou va devoir faire beaucoup plus que son prédécesseur sur le territoire national. Il ne faut pas oublier que la réforme ferroviaire de 2018 est une réforme de très grande ampleur, systémique, avec des réorganisations et des changements de statut. Il y a un énorme travail."

Changer le fonctionnement des ressources humaines "permettra de renouer le dialogue avec les cheminots"

Le conflit a débuté en octobre dernier. Après la collision d'un TER avec un convoi routier exceptionnel dans les Ardennes ayant fait plusieurs blessés, les cheminots ont invoqué le droit de retrait. A cet épisode qui a perturbé le trafic au début des vacances scolaires a succédé une grève sans préavis toujours en cours. Cette autre mobilisation, qui a échappé aux syndicats, a semé la pagaille dans le trafic avec 7 TGV sur 10 annulés en début de semaine. Après le Technicentre de Châtillon le 27 octobre, le mouvement de contestation a gagné deux nouveaux Technicentres de la région parisienne.

Selon les informations qui ont déjà fuité, Jean-Pierre Farandou prévoirait une première mesure de réorganisation des ressources humaines à la SNCF. "Décentraliser est une vieille technique, mais ça fait partie des changements qui permettront de renouer le dialogue avec les cheminots, de fidéliser les collaborateurs et d'éviter les crises sociales à répétition", affirme Gilles Dansart.