Normandie : un conseiller régional mis en examen pour viols de sa belle-fille

  • A
  • A
L'enquête a été confiée à la gendarmerie de Cherbourg.
L'enquête a été confiée à la gendarmerie de Cherbourg. © AFP
Partagez sur :
Robert Retout, conseiller régional du Rassemblement national en Normandie, a été mis en examen pour le viol de sa belle-fille de 12 ans et incarcéré, a indiqué mardi le procureur de Coutances. La victime a déclaré avoir subi ces violences "depuis près d'une année" selon le procureur. Le RN a suspendu l'élu.

Un conseiller régional RN de Normandie, âgé de 76 ans et résidant dans la Manche, a été mis en examen pour le viol de sa belle-fille de 12 ans et incarcéré, a annoncé mardi le procureur de Coutances. La victime a déclaré avoir subi "régulièrement et depuis près d'une année des actes sexuels commis par son beau-père", a indiqué le procureur Cyril Lacombe dans un communiqué. "La personne mise en cause, entendue sous le régime d’une garde à vue, reconnaissait partiellement les faits", a-t-il précisé.

"Il a été suspendu immédiatement du mouvement et du groupe au conseil régional", indique le RN

Nicolas Bay, président du groupe Rassemblement national au conseil régional, a confirmé qu'il s'agissait de Robert Retout, élu régional et ex-conseiller municipal de Valognes. "Les faits qui lui sont reprochés et qu'il reconnaît en partie sont particulièrement graves. Il a été suspendu immédiatement du mouvement et du groupe au conseil régional", a ajouté le responsable du RN. Le suspect a été déféré vendredi 22 janvier au pôle de l'instruction criminel de Coutances puis mis en examen "des chefs de viols (et tentatives) sur mineur de 15 ans par personne ayant autorité sur la victime ainsi que pour agressions sexuelles imposées à un mineur de quinze ans", a détaillé le magistrat.

Les faits ont été révélés en janvier suite au signalement d'un établissement scolaire de Valognes (Manche) transmis au parquet de Cherbourg-en-Cotentin "pour des faits d’agressions sexuelles dont serait victime une élève". Une enquête a alors été ouverte et confiée à la gendarmerie de Cherbourg.