Nicolas Hulot va retrouver la tête de sa fondation

, modifié à
  • A
  • A
Nicolas Hulot AFP
Le départ de Nicolas Hulot du gouvernement avait déstabilisé l'exécutif, à la fin de l'été dernier. © Alain JOCARD / AFP
Partagez sur :

Cinq mois après sa démission du gouvernement, Nicolas Hulot devrait probablement retrouver la tête de sa fondation, mercredi, actant le départ d'Audrey Pulvar.

Le retour de Nicolas Hulot à la tête de sa fondation se profile, cinq mois après sa démission du gouvernement, avec sa probable désignation mercredi comme président d'honneur, a appris l'AFP lundi auprès de la Fédération pour la nature et l'homme (FNH).

Le retour du nom "Fondation Nicolas Hulot" figure aussi à l'ordre du jour du conseil d'administration de mercredi. La FNH était devenue "Fondation pour la nature et l'Homme" après l'entrée de son fondateur au gouvernement en mai 2017. Il en avait été de même en 2011, le temps que Nicolas Hulot mène campagne, sans succès, lors de la primaire écologiste à la présidentielle de 2012.

"Proximité avec la Fondation". Administrateur à vie en tant que fondateur, il veut "retrouver une proximité avec la Fondation" avec la présidence d'honneur, explique-t-on à la structure, créée en 1990. A son départ du gouvernement en août 2018, l'ex-ministre de l'Ecologie avait dit son intention de rester mobilisé, "sous une forme ou sous une autre" mais pas en politique. "Il faut que je fasse une chose à laquelle je crois, ça passera par la société civile, ça passera par les citoyens", a-t-il encore dit la semaine dernière à la télévision suisse RTS.

Pulvar quitte la fondation. Mercredi matin, le conseil d'administration de la Fondation est aussi appelé à acter la démission de son actuelle présidente, Audrey Pulvar. "C'est Audrey Pulvar qui fait le choix de démissionner", indique la Fondation, qui devra chercher un nouveau président, au côté du président d'honneur. Lundi, la journaliste faisait ses cartons, comme elle l'a indiqué dans un tweet. "Je n'ai aucun ressentiment à l'égard de Nicolas, il fallait clarifier la situation devenue compliquée après son départ du gouvernement", avait assuré au journal Le Monde la responsable, élue en mai 2017, tout en avouant "un peu de tristesse et de frustration à quitter (la) FNH".