Mort d'un jeune à Aulnay : 300 personnes défilent pour réclamer une "vraie enquête"

, modifié à
  • A
  • A
© DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

Après autopsie et analyse toxicologique, la piste criminelle a été écarté au profit d'un décès par overdose. La famille a obtenu qu'un juge d'instruction soit saisi mais n'a pas eu accès à la contre-autopsie.

Quelque 300 personnes ont marché dimanche dans les rues d'Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis pour réclamer une "vraie enquête" sur la mort de Yacine, jeune homme de 24 ans retrouvé il y a un mois dans une cave, avec un taux très élevé de cocaïne dans le sang.

Ils ne croient pas à l'overdose. "On ne trouve pas normal ce manque de considération de la justice. On apprend les choses par la presse. Aujourd'hui, il y a un tueur qui est en liberté", a dit Billel, le frère de la victime, qui ne croit pas à la version officielle d'une mort par overdose.  "Il faut qu'on arrête cette justice à deux vitesses, une justice pour les Blancs et une pour les Noirs et les Arabes", a ajouté Billel. "Je paie des impôts, je participe à la vie de cette ville mais je suis tombé de haut quand j'ai vu comment on nous considère, ici, dans le pays des droits de l'homme".

Son pantalon baissé, une barre de fer. Scandant "pas de justice, pas de paix", "vérité pour Yacine" ou encore "policiers, au travail", le cortège a traversé les quartiers de la ville jusqu'à la cité des Mille Mille où Yacine a grandi. Vers 18h30, le rassemblement s'est dispersé dans le calme, sur le parking où ce jeune homme qui suivait une formation en alternance pour devenir chauffeur de poids-lourd a été vu la dernière fois, dans la nuit du 13 au 14 septembre. Son corps avait été retrouvé le lendemain dans une cave, face contre terre, pantalon baissé, une barre de fer à proximité. Alors que l'enquête, après autopsie et analyse toxicologique, a écarté très vite la piste criminelle au profit d'un décès par overdose, la famille a obtenu qu'un juge d'instruction soit saisi mais s'offusque aujourd'hui de n'avoir pas pu exercer son "droit de regard" sur la contre-autopsie qui a été réalisée et, de manière, générale, de "ne pas avoir accès au dossier". 

Dans la foule, de nombreux jeunes portaient des T-shirt noirs et blancs réclamant la "vérité pour Yacine", dans une mobilisation inspirée de celle en faveur d'Adama Traoré, mort à l'été 2016 lors de son interpellation par les gendarmes, et dont la sœur Assa a défilé aux côtés de la famille de Yacine. En larmes, la mère de Yacine a interpellé le président de la République: "Macron a promis l'égalité des chances quand il est venu à Sarcelles. Mais elle est où l'égalité des chances pour les enfants de banlieue ?"