Michou, le prince bleu de Montmartre

  • A
  • A
Michou, sur la terrasse de son établissement, en 2016.
Michou, sur la terrasse de son établissement, en 2016. © AFP
Partagez sur :
Christophe Hondelatte raconte mardi l'histoire de Michel Catty alias Michou, le célèbre directeur de cabaret parisien.
HONDELATTE RACONTE

Mardi, Christophe Hondelatte revient sur la jeunesse de Michou et sur la manière dont il a créé son établissement devenu célèbre.

>> De 14h à 15h, c’est Hondelatte raconte sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission de Christophe Hondelatte ici

Michou naît en 1931 à Amiens. Durant sa jeunesse, il est surtout élevé par sa grand-mère. Il a huit ans lorsque la guerre éclate et qu'il assiste au bombardement de la ville. Pour sa famille, c'est l'exode, direction la Bretagne. Il ne reviendra à Amiens qu'en 1940, après la capitulation française. À l'école, il a déjà la réputation d'être un amuseur, appréciant se déguiser avec les rideaux et les robes de sa grand-mère.

"C’était quand même très dur d’être homosexuel". Quelques années plus tard vient la Libération. Les drapeaux américains et français flottent sur les balcons pour saluer les sauveurs venus d'outre-Atlantique. Michou, 14 ans, fête lui aussi la Libération. Un militaire lui tape d'ailleurs dans l’œil : David. "Je me suis rendu compte qu'il m'attirait", confie Michou au micro d'Europe 1. La première trace de son homosexualité.

Michou n'est encore qu'un adolescent, mais il doit déjà rapporter de l'argent à la maison. Il devient porteur de plis, puis serveur, ou encore crieur de journaux. À cette époque, il se fait deux amis "comme lui", c'est-à-dire qui préfèrent les garçons. "C’était quand même très dur d’être homosexuel", se souvient avec désolation le directeur de cabaret, "j’en ai entendu des choses."

L'arrivée à Paris. Le petit Michel rêve de Paris. Son vœu est exaucé quand il trouve l'opportunité d'être embauché comme serveur du côté de Pigalle. Il quitte son Amiens natal pour une minuscule chambrette, à deux pas de son lieu de travail. Michou sort énormément dans les années 1950. Il croise des stars tout le temps, comme Dalida ou encore Jacques Brel, mais aussi Jacques Charles Dufresnoy, alias Coccinelle, la première transsexuelle à faire un spectacle sur scène.

Michou connaît bien tous les établissement du coin à l'époque, du "Liberty's Bar" de place Blanche, jusqu'au "Madame Untel" de la rue des Martyrs. Et justement, la propriétaire de ce dernier établissement est malade. Elle cherche quelqu'un pour reprendre sa boutique. Michou réussit à se faire prêter 2.500 francs et il signe le bail. Le voilà à la tête de son propre établissement. Nous sommes le 13 juillet 1956 et ce qui deviendra "Chez Michou" ouvre ses portes.

"Chez Michou". Michou sait qu'il doit inventer un nouveau concept pour séduire. Il a l'idée d'installer un jukebox dans la cave de son établissement où l'on vient danser et s'amuser. Un réel succès, immédiat, mais aussi éphémère. Finalement, il trouve LA bonne idée lors d'un voyage aux Etats-Unis : l'imitation de chanteuses célèbres. Avec deux autres amis, ils s'habillent en France Gall ou en Brigitte Bardot et se produisent sur scène. Nous sommes en 1968. Le cabaret ne désemplit pas et il doit même refuser du monde chaque soir. Michou a réalisé son rêve. Il rebaptise alors son établissement "Chez Michou". Son histoire est lancée.

Europe 1
Par Guillaume Perrodeau