Meurtre d'Alexia : Jonathann Daval a maintenu sa version

, modifié à
  • A
  • A
En juin, Jonathann Daval a accusé son beau-frère d'être l'auteur du meurtre de son épouse Alexia.
En juin, Jonathann Daval a accusé son beau-frère d'être l'auteur du meurtre de son épouse Alexia. © SEBASTIEN BOZON / AFP
Partagez sur :

Confronté à sa belle-famille, vendredi, le principal suspect du meurtre de sa femme Alexia a maintenu ses déclarations à propos de son beau-frère, Grégory Gay.

Jonathann Daval, principal suspect du meurtre de sa femme Alexia, a maintenu sa version lors des deux premières confrontations avec sa belle-famille, organisées vendredi matin au tribunal de grande instance de Besançon, a indiqué son avocat, Me Randall Schwerdorffer.

"Rien n'a évolué". "Il n'en est strictement rien ressorti (…). Il n'y a eu, en l'état, aucun changement de version de part et d'autre. Tout le monde a maintenu ses déclarations. Donc pour l'instant, il n'y a rien qui a évolué dans le dossier", a-t-il déclaré devant la presse à la mi-journée lors d'une courte pause.

L'informaticien de 34 ans a été confronté dans la matinée à son beau-frère Grégory Gay puis à la soeur d'Alexia, Stéphanie Gay, dans le cabinet du juge d'instruction Rodolphe Uguen-Laithier. Jonathann Daval, qui avait avoué le meurtre de sa femme lors de sa garde à vue en janvier, s'était rétracté en juin pour accuser son beau-frère d'en être l'auteur et sa belle-famille d'avoir conclu un "pacte secret" pour lui faire endosser ce crime.

Confrontation avec les parents d'Alexia dans l'après-midi. "On n'a pas beaucoup avancé, c'est le moins qu'on puisse dire", a abondé Me Gilles-Jean Portejoie, conseil des époux Gay. Ceux-ci, tout comme les parents d'Alexia qui doivent être confrontés à leur tour à Jonathann Daval en début d'après-midi, ont vigoureusement rejeté ces assertions. Tous quatre parties civiles, ils n'ont été aucunement inquiétés par la justice depuis que l'informaticien les accuse et avaient eux-mêmes demandé à être confrontés avec lui. Selon Me Schwerdorffer, les premières confrontations se sont déroulées "tout à fait courtoisement".