Marié à une femme pendant 35 ans, Jean a refait sa vie avec un homme : "C'est le rêve"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Alors qu’il était marié à une femme depuis 35 ans, Jean a divorcé et a refait sa vie avec un homme. Dix ans après le début de leur relation amoureuse, Jean et son compagnon, André, s’apprêtent à s’installer à La Réunion. À la veille de leur départ, Jean raconte leur histoire d’amour à Olivier Delacroix.
TÉMOIGNAGE

Jean a 67 ans. Il y a dix ans, au lendemain de sa retraite, il a divorcé après 35 ans de mariage. Il venait de rencontrer et de tomber amoureux d’un homme, André, avec lequel il a refait sa vie. Jean et André s’apprêtent à réaliser leur rêve en s’installant à La Réunion. Dix ans après sa rencontre avec André et à la veille de leur départ, Jean confie à Olivier Delacroix comment leur relation amoureuse est née et lui a permis de révéler son homosexualité à ses proches.

Jean évoque les raisons de sa rupture avec son ex-femme : "Il y a d'abord eu la rencontre, on sent un amour qui naît, puis il y avait l'ennui de l'autre côté. Les deux rassemblés nécessitent une coupure. Quand on est à la retraite, on se dit qu’on vieillit. Il faut sauter le pas pour ne pas perdre de temps. Quand j'ai dit à mon ex-épouse que ça ne collait plus, elle a compris que j'avais rencontré quelqu'un. Ce que je ressentais pour mon ex-épouse, c'était de l'amour, pour moi. Maintenant, je sais vraiment ce que c'est. C'est quelque chose de plus fort et intense."

Jean se souvient de sa rencontre avec André : "On s’est rencontrés dans le train. On a discuté. En arrivant, il m’a demandé de le ramener. On a bu un coup. Puis, on s’est revus. C'est hors norme, mais dans le fond, je me disais que c’était sans doute ce que je cherchais depuis longtemps. Soit on reste sage et on reste marié, soit on va dans la tromperie. J'ai opté pour la deuxième solution. Au bout d’un certain temps, ce n'était plus vivable. On savait, l'un comme l'autre, qu’il fallait se montrer au grand jour pour que l'amour soit encore plus grand.

" Je savais sans doute que j’étais gay depuis tout petit "

Il fallait annoncer que je m'en allais avec un homme, alors que tout le monde n’a pas l'esprit ouvert. On m'a dit : 'Il est plus jeune que toi, quand il aura bouffé tout ton fric, il en trouvera un autre'. Est-ce que qu'on peut vivre une vie de couple avec quelqu'un du même sexe quand on a été 35 ans à une femme ? Je savais sans doute que j’étais gay depuis tout petit. Pour faire comme les autres, on se marie, on entre dans la norme, puis on n’en bouge plus. À un moment, ça explose. 

Avant, je n’avais pas l'amour qui allait me donner le courage nécessaire pour franchir le pas. Il se trouve que ça s'est passé au moment de la retraite. Mon ex-femme m’a dit : 'Je ne t'empêche pas de continuer à le voir, je ne suis pas jalouse d'un homme, mais on reste ensemble'. C’est une réponse qui ne me satisfaisait pas du tout. Je ne voulais pas aller le voir de temps en temps. Ce que je voulais, c'était construire quelque chose et vivre tout à deux. 

Quand mon épouse et moi nous sommes séparés, elle m'a prêté une toile de tente. On s’est installés au camping. C’était un peu folklorique, mais c'était extraordinaire. On y est restés plus d'un mois. Pour moi, partir à La Réunion, c'était un rêve irréalisable. Je me dis que ce n'est pas possible que ce rêve inaccessible se réalise. On a toujours des regrets. D'abord, on s'en va à 10.000 km. On va être coupés de nos proches, ma fille et mes petits-enfants. Il y a le regret de l'éloignement, mais aussi le regret de ne pas l'avoir fait plus tôt."

" Si je ne l'avais pas annoncé, je pense que je me serais suicidé "

Florence, la fille de Jean, se rappelle du jour où son père lui a annoncé qu’il quittait sa mère et qu’il avait rencontré un homme : "J'étais venue déjeuner chez mes parents. En faisant la vaisselle, mon père, avec qui je n'avais pas de relations proches, m'a dit : 'Il faut que je te parle'. Je m'attendais à ce qu’il m'annonce une maladie. J’ai la phrase qui résonne toujours dans ma tête : 'Tu as dû te rendre compte que ça n'allait pas entre ta mère et moi. On va se séparer'. J’ai accusé le coup et lui ai demandé s’il y avait une autre femme. Il m’a dit : 'Ce n'est pas une femme'. Ça a été l'annonce à laquelle je ne m'attendais pas du tout. 

Ça fait drôle. Ce n'était pas l'homosexualité qui me dérangeait. Mon meilleur ami d'enfance est homosexuel. Là, c'était le papa et le grand-père. Ça a été la douche froide. Il m'a dit qu'il avait ça en lui depuis qu'il était petit. Puis, il s'est marié avec ma mère et ils ont eu des enfants. Je pense qu’arrivé à la retraite, plus rien ne le retenait. Nous, les enfants, étions installés dans nos vies respectives. Il m'a même dit : 'Si je ne l'avais pas annoncé, je pense que je me serais suicidé'. Je préfère avoir mon père en vie avec un homme, que ne plus l’avoir.

" Je suis heureuse de voir mon père heureux "

Je me demandais comment j’allais annoncer à mes enfants que papi n'était plus avec mamie et qu’il était parti avec un homme. Un soir, naturellement, je l’ai dit à mon aînée. C’est relativement bien passé. Je lui avais dit de ne pas l’ébruiter, notamment à l'école, parce que les enfants sont parfois durs entre eux. Je ne voulais pas qu'elle soit la risée des copains qui auraient pu avoir des mots déplacés. Mes filles ont accepté cette situation. Ça se passe très bien. Il n'y a aucun souci. Mon père et André ont emmené les filles en vacances. André s'occupe des filles. 

Aujourd'hui, onze ans après, ça n'a rien à voir. Mes peurs du début sont complètement effacées. J'apprécie beaucoup André et je suis heureuse de voir mon père heureux. Il a rajeuni de dix ans. Mon père, c'est quasiment un copain. On a des relations qui n'ont rien à voir avec ce qu'elles ont pu être dans mon enfance. Ça nous a rapprochés. Mon frère est moins ouvert d'esprit et n’a pas accepté la situation. Il n'a pas fait son deuil. Il ressasse les choses de l'enfance. Cela fait qu'aujourd'hui, il n'y a plus de communication. Il n’y a plus rien." 

Six mois après leur installation à La Réunion, Jean se confie : "C'est le rêve. Par moments, je me dis que ça ne peut pas être vrai. Mais il y a eu un événement catastrophique. J'avais depuis plusieurs années des difficultés de communication avec mon fils. On avait prévu, par l'intermédiaire de ma fille, de nous revoir avant de partir. Malheureusement, il est décédé avant même que l'on ait pu se voir. Même si on ne se parlait pas, c'est un événement extrêmement pénible. Je pense à ceux qui restent. Je pense à ses deux filles et à ma belle-fille. Je les ai invitées à venir. J'attends avec impatience la venue de tout ce petit monde."

Vous voulez écouter les épisodes de "Dans les yeux d'Olivier"

>> Retrouvez-les sur notre site Europe1.fr et sur Apple PodcastsSpotifyGoogle podcastsDeezerAmazon Music ou vos plateformes habituelles d’écoute.

>> Retrouvez ici le mode d'emploi pour écouter tous les podcasts d'Europe 1

Europe 1
Par Léa Beaudufe-Hamelin