Macron veut "réguler" les populations de loups

  • A
  • A
Emmanuel Macron a déclaré qu'il comptait "réguler" de manière "pragmatique" la population de loups.
Emmanuel Macron a déclaré qu'il comptait "réguler" de manière "pragmatique" la population de loups. © LUDOVIC MARIN / AFP / POOL
Partagez sur :
Samedi, lors de sa visite lors du Salon de l'Agriculture, le président de la République a déclaré vouloir "réguler" la population de loups "de manière pragmatique". 

Emmanuel Macron a déclaré qu'il comptait "réguler" de manière "pragmatique" la population de loups qui s'est développée sur le territoire français et provoque l'ire des éleveurs, samedi lors du Salon de l'Agriculture à Paris. "Le loup on va le réguler. On va le faire de manière pragmatique, sur le terrain. Les ministères ont trouvé un accord. On va le réguler avec les préfets", a déclaré Emmanuel Macron qui échangeait avec des éleveurs de vache Gasconne.

Une espèce "en phase d'expansion". "Comment vous dites pudiquement, vous, du prélèvement, c'est ça ? Vous effarouchez les ours et vous prélevez les loups", a-t-il plaisanté, provoquant des rires chez les éleveurs. L'Office national de la chasse et la faune sauvage (ONCFS) a estimé en juin que "tous les indicateurs dont dispose le réseau Loup/Lynx (...) indiquent que l'espèce est en phase d'expansion rapide sur l'ensemble du territoire national". L'ONCFS estimait alors la population de loups à 430 individus. 

Des quotas relevés. Mélanie Brunet, éleveuse de brebis dans l'Aveyron et co-présidente de la Fédération nationale de défense du pastoralisme, jugeait pour sa part cette population "clairement sous-estimée". Or ce chiffre est très important car les plafonds d'abattage annuels, basés sur les recommandations scientifiques, estiment qu'il ne faut pas prélever plus de 10 à 12% de l'effectif sous peine de menacer l'espèce. Les autorités françaises ont relevé fin 2018 le quota de tirs de prélèvement, c'est à dire d'autorisations d'abattage de loups, de 43 à 51 bêtes pour l'année.