Les fonctionnaires ne prendront plus l'avion pour des trajets de moins de 4 heures en train

  • A
  • A
Avion 1:17
Les fonctionnaires ne prendront plus l'avion pour des trajets faisables en moins de 4 heures en train. © AFP
Partagez sur :
Les fonctionnaires ne prendront plus l'avion pour des trajets faisable en moins de 4 heures en train. C'est une des mesures du plan pour un Etat exemplaire présenté lors du Conseil de défense écologique. "Une mesure anecdotique", pour un responsable syndical, car elle prévoit plusieurs exceptions.

Paris-Bordeaux, Lyon-Rennes, Montpellier-Toulouse, fini l'avion quand le trajet dure moins de quatre heures. Limiter les trajets en avion des fonctionnaires, c’est une obligation qui figure parmi les 20 mesures du plan pour un Etat exemplaire sur la transition énergétique. Il a été présenté mercredi au Conseil de défense écologique. Le gouvernement évoque "une mesure symbolique, un signal envoyé". Concrètement, les agents de l'Etat en mission ne pourront plus prendre l'avion pour des trajets d'une durée inférieure à quatre heures de train. Les hauts-fonctionnaires sont majoritairement concernés. Ils seraient environ une centaine : préfets, magistrats, directeurs d’hôpitaux. 

"Une mesure anecdotique"

"Ce n’est pas le bilan carbone de quelques maigres haut-fonctionnaires qui prennent l’avion ou pas qui va compter", réagit toutefois Christian Grolier, secrétaire général de la fédération Force Ouvrière des fonctionnaires. "Vous savez, les agents sont affectés dans des départements, leurs déplacements se résument dans 99% des cas à un déplacement dans le département.  C'est une mesure anecdotique, qui fait beaucoup de bruit pour pas grand-chose."

Sans compter qu'il y aura quelques exceptions. Pour un aller-retour dans la même journée, si le trajet dure plus de six heures en train, comme par exemple un Paris-Marseille-Paris, le fonctionnaire pourra délaisser le rail. Idem, en cas d'urgence : attentats, inondations, feux de forêts, l'avion sera toujours la solution privilégiée.

Et pour les préfectures et les hôpitaux contactés par Europe 1, même ceux éloignées des grandes lignes, cette annonce est loin d'être un bouleversement : le train est de toute façon le mode de transports privilégié.

Europe 1
Par Romane Hocquet, édité par Mathilde Durand