Le nonce apostolique, confronté à un plaignant, nie toute agression sexuelle

  • A
  • A
Luigi Ventura est accusé d'attouchements sexuels par quatre hommes.
Luigi Ventura est accusé d'attouchements sexuels par quatre hommes. © REMY GABALDA / AFP
Partagez sur :
L’ambassadeur du Vatican en France est accusé d’attouchements par quatre hommes. Confronté à l’un des plaignants, Luigi Ventura a nié les faits qui lui sont reprochés.

L'ambassadeur du Vatican en France, visé par une enquête à Paris pour "agressions sexuelles", a nié mercredi les faits face au premier plaignant auquel il a été confronté. Le nonce apostolique, Luigi Ventura, est visé par les plaintes de quatre hommes, dont trois au moins lui reprochent des attouchements.

Cette affaire avait éclaté en février avec la révélation de l'ouverture d'une enquête par le parquet de Paris. Un jeune cadre de la mairie de Paris s'était plaint d'attouchements répétés du nonce apostolique - des "mains aux fesses" - lors d'une cérémonie des vœux aux autorités diplomatiques en janvier. Deux autres plaignants s'étaient ensuite manifestés et avaient relaté des faits similaires, et une quatrième plainte a été déposée par un autre homme. 

Une première confrontation qui a duré 45 minutes

L’évêque, âgé de 74 ans, doit être confronté à plusieurs des plaignants mercredi et jeudi matin. La première confrontation a duré 45 minutes au siège de la police judiciaire, à Paris. Dans le bureau, face à un commandant de police et à quelques mètres de Benjamin, l’un des plaignants, le nonce apostolique a contesté lui avoir mis une main aux fesses en pleine cérémonie officielle, il y a un an à la mairie de Paris.

 "Je suis très curieux de savoir s’il aura la même tête que la première fois, juste après m’avoir touché les fesses, alors qu’il était à côté de moi depuis trois secondes. C’était un regard tranquille, très bonhomme, un regard de père de famille aimant", avait déclaré Benjamin, interrogé avant cette confrontation sur Europe 1.

Luigi Ventura avait déjà été entendu à sa demande par la police judiciaire à la mi-avril. L’évêque, venu en civil avec son col romain lors de cette confrontation, a répondu en français aux côtés de son avocat. Mais la procédure n’a pas avancé : les plaignants d’un côté, et le nonce apostolique, de l’autre, campent sur leurs positions et s’affrontent parole contre parole.

Le Vatican n’a pas l’intention de lever son immunité diplomatique

Les quatre hommes qui accusent le nonce apostolique redoutent que l’enquête n’aille pas plus loin. En effet, Luigi Ventura ne pourra pas être poursuivi tant que son immunité diplomatique ne sera pas levée. Le Saint-Siège n’aurait pas l’intention de lever cette immunité, malgré la demande des autorités françaises. Le nonce apostolique devrait quitter Paris d’ici la fin de l’année avec ce qui s’apparente à une condamnation médiatique, mais pas judiciaire.

Europe 1
Par Pierre de Cossette, édité par Julien Ricotta avec AFP