Cybercriminalité : les particuliers, cible privilégiée des hackers pendant le confinement

, modifié à
  • A
  • A
Les hackers ont profité du confinement pour multiplier les arnaques sur Internet, et tenter de voler les données bancaires de nombreux Français. (Photo d'illustration) 1:28
Les hackers ont profité du confinement pour multiplier les arnaques sur Internet, et tenter de voler les données bancaires de nombreux Français. (Photo d'illustration) © LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :
Les hackers ont multiplié les arnaques auprès des Français pendant le confinement, faisant des particuliers leur cible favorite. Mais avec le déconfinement ce sont désormais (aussi) les entreprises qui sont susceptibles d'être victimes de failles de sécurité. 

"Ils se sont adaptés aux couleurs du coronavirus." Profitant du contexte d'angoisse et du fait que beaucoup de Français étaient novices en matière de télétravail au début du confinement, les hackers s'en sont donnés à cœur joie pendant ces deux derniers mois. "Très rapidement, on a vu émerger de faux sites de ventes de masques" pour "récupérer des informations bancaires", confirme au micro d'Europe 1 Jérôme Notin, directeur général du site cybermalveillance.gouv.fr.

De nombreuses attaques contre les particuliers, peu contre les entreprises

Un phénomène loin d'être marginal, puisque le nombre de faux sites a bondi de "400% dès la première semaine du confinement". Mais à l'heure où le télétravail était quasiment généralisé, les hackers ont aussi opté pour une autre méthode afin de soutirer de l'argent : "les rançongiciels, ces programmes qui cryptent les données d'un ordinateur avant de demander une rançon pour les récupérer". En revanche, les entreprises françaises n'ont pas fait face à des assauts informatiques en grand nombre pendant le confinement. "D'une manière générale, il n'y a pas eu de grosses déferlantes d'attaques ciblées sur les réseaux français des entreprises et des collectivités", confirme Jérôme Notin. 

Des mises à jour nécessaires avant de se reconnecter au bureau

Néanmoins, les cybercriminels pourraient changer de cible avec le déconfinement, et le retour des salariés dans les bureaux. "Quand les télétravailleurs vont retourner au sein de leur entreprise, ils risquent de reconnecter des machines qui n’auront pas été mises à jour, notamment au niveau de l’antivirus", créant ainsi une faille de sécurité. L'expert recommande donc de "faire très attention" et de mettre à niveau tout les logiciels qui doivent l'être, avant de se "reconnecter sur les réseaux de productions". 

Europe 1
Par Salomé Legrand, édité par Ugo Pascolo