"Le Black Friday et Amazon sont responsables d’une consommation qui nous entraîne dans le mur", pour le directeur général de Greenpeace France

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Le Black Friday, lancé vendredi, rencontre de plus en plus d'opposants. Des groupes d'activistes écologistes ont organisé des actions en France vendredi. "Le Black Friday et Amazon sont aujourd’hui responsables d’une consommation qui nous entraîne dans le mur", estime Jean-François Julliard, le directeur général de Greenpeace France sur Europe 1 vendredi soir.  
INTERVIEW

Alors que le Black Friday, journée de super promotions sur Internet et dans les magasins, se tient vendredi, des voix s'élèvent et des actions se mettent en place pour dénoncer cette journée comme un symbole de la surconsommation ayant un fort impact environnemental. Jean-François Julliard, le directeur général de Greenpeace France, s'est exprimé sur la pertinence des actions des activistes vendredi soir sur Europe 1. 

Des mouvements comme le Green Friday ou le Block Friday ont décidé de faire entendre leurs voix et des groupes d'activistes comme Extinction Rebellion, Youth for Climate et Attac ont organisé des actions en France vendredi, notamment au siège d'Amazon à Clichy dans les Hauts-de-Seine. Jean-François Julliard était présent devant l'entrepôt d'Amazon. Pour lui, ces actions sont "la bonne méthode pour interpeller sur les dérives de l'hyper consommation que représente aujourd'hui le Balck Friday".

"Le Black Friday et Amazon sont aujourd'hui responsables d'une consommation qui nous entraîne dans le mur. Et ce n'est pas que je n'ai pas envie de consommer ou d'acheter sur Amazon, c'est juste qu'on ne peut plus se permettre ça actuellement", explique le directeur général de Greenpeace France.    

"Ces actions ont le mérite de créer un débat public" 

Interrogé sur le fait que certains consommateurs se sont sentis culpabilisés par les militants écologistes vendredi, il répond : "on ne s'en prend pas aux consommateurs, on s'en est pris ce matin à Amazon et à ce que représente Amazon dans les multinationales de la consommation parce qu'Amazon aujourd'hui c'est 15 milliards de produits vendus dans le monde. C'est autant de transports et d'émissions de gaz à effet de serre liées à ces transports. C'est autant de consommation d'énergie." 

Les différents groupes d'activistes ne se contentent pas de ces séries d'actions contre le Black Friday, "on va essayer de rencontrer les dirigeants d'Amazon pour essayer de les convaincre aussi", note Jean-François Julliard. Et d'ajouter : "on rencontre les décideurs politiques pour essayer de faire changer les choses, on ne fait pas que des actions comme celles-ci. Mais ces actions ont le mérite de créer un débat public sur ces sujets-là aujourd'hui qui sont d'intérêt général."

En 2019, 650 marques françaises, comme Naturalia, Nature et découvertes et Jimmy Fairly, ont décidé de boycotter le Black Friday

Europe 1
Par Céline Brégand