Jean-Paul Gaultier renonce à la fourrure animale

, modifié à
  • A
  • A
"On peut trouver des fausses fourrures et puis trouver d'autres moyens aussi de se réchauffer", a déclaré samedi Jean-Paul Gaultier.
"On peut trouver des fausses fourrures et puis trouver d'autres moyens aussi de se réchauffer", a déclaré samedi Jean-Paul Gaultier. © Alain JOCARD / AFP
Partagez sur :
Pour le créateur français, cette décision peut permettre "d'aller vers une partie créative qui ne nuira pas puisque c'est la façon dont on tue les animaux qui est absolument déplorable". 

Après Giorgio, Donatella Versace, Armani, Gucci, Ralph Lauren et Calvin Klein, Jean-Paul Gaultier a décidé à son tour de renoncer aux cuirs et à la fourrure dans ses créations. C'est ce qu'il a annoncé samedi dans l'émission Bonsoir ! sur Canal+, rapporte le journal Les dernières nouvelles d'Alsace. Des associations de défense des animaux ont salué dès lundi cette décision.

"D'autres moyens de se réchauffer". "Je vais remédier à ça", a annoncé le créateur de haute-couture. "J'en ai utilisé depuis mes débuts. J'ai fait ça en utilisant quelques fois des vieilles fourrures. Il est vrai que souvent, la vraie fourrure est plus... sensuelle - malheureux à dire - que la fausse fourrure. Mais on peut trouver des fausses fourrures et puis trouver d'autres moyens aussi de se réchauffer. Cela permet peut-être d'aller vers une partie créative qui ne nuira pas puisque c'est la façon dont on tue les animaux qui est absolument déplorable", a-t-il expliqué sur la chaîne cryptée.

Dernièrement, c'est une autre maison de haute-couture qui a pris une décision similaire. En mars dernier, Donatella Versace avait annoncé que sa maison n'utiliserait plus de fourrure animale dans ses produits. "La fourrure ? Je n'en veux pas", avait-elle affirmé. "Je ne veux pas tuer des animaux pour faire de la mode. Cela ne me semble pas bien".

"C'est un signal fort". Des associations de défense des animaux ont salué lundi le "signal fort" du couturier français. Pour PETA, "cette excellente nouvelle fait suite à des années de pression de la part de PETA et de ses affiliées, dont l'interruption d'un des défilés du créateur en 2002 par une militante protestant son utilisation de fourrure, et l'irruption de militants dans sa boutique parisienne en 2006, menée par la fondatrice de PETA, Ingrid Newkirk". "C'est un signal fort, Jean-Paul Gaultier est connu internationalement", a déclaré Marion Giroud, porte-parole de la Confédération nationale Défense de l'animal. "On est très satisfait, on demande depuis plusieurs années la fermeture des fermes à fourrure".