"Je suis oublié" : un pompier blessé doit rembourser 9.000 euros à l'assurance maladie

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Traité en héros lorsqu'il a tenté de sauver deux de ses collègues lors d'un incendie mortel, qui lui a causé de graves blessures, Aurélien refuse aujourd'hui de rembourser la somme que lui demande l'assurance maladie. Il témoigne sur Europe 1.
TÉMOIGNAGE EUROPE 1

Son témoignage est un ras-le-bol : "J'aimerais qu'on arrête de me dire que je dois de l'argent, et qu'on me laisse tranquille." Aurélien Boidin, un pompier qui a tenté de sauver deux de ses collègues lors d'un incendie dans le Pas-de-Calais en janvier 2018, refuse de rembourser la somme que lui demande l'Assurance maladie pour les soins reçus après ses blessures contractées lors du drame, qui a fait cinq morts, dont deux pompiers, à Estrée-Blanche.

Reçu par Macron, décoré par Collomb

Au micro d'Europe 1, le pompier volontaire raconte la différence de traitement entre l'après-incendie et aujourd'hui. "Quand l'accident s'est passé, tout le monde était avec moi", se rappelle-t-il. "J'ai été reçu à l'Élysée par le président, avec les héros du quotidien. J'ai été reçu par Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur de l'époque, qui m'a remis une médaille. Aujourd'hui, plus personne n'est avec moi. Je suis oublié, je suis juste un numéro."

" J'ai eu une dure épreuve durant ma vie "

Aujourd'hui en arrêt maladie, Aurélien Boidin doit rembourser 9.000 euros à l'Assurance maladie. Il est en fait victime d'un imbroglio administratif : après plusieurs opérations, le pompier pensait reprendre son activité professionnelle mais a finalement dû subir de nouvelles interventions chirurgicales, dont des greffes de peau. La compagnie d'assurance ne veut pas prendre ses nouveaux soins en charge. Aurélien se sent trahi et demande maintenant à ce qu'on le laisse tranquille après "une dure épreuve durant [sa] vie", confie-t-il.

Une cagnotte lancée

Le SDIS du Pas-de-Calais (les pompiers du département) serait prêt à faire un geste pour Aurélien et l'assurance lui propose un paiement échelonné. Mais il refuse de rembourser ces 9.000 euros, qu'il considère ne pas avoir volé. Une cagnotte a été créée pour tenter de l'aider, et le jeune homme, âgé de 21 ans lors des faits, reçoit aujourd'hui de nombreux soutiens sur une page Facebook consacrée.

Europe 1
Par Lionel Gougelot, édité par Thibaud Le Meneec