"Intrusion" de deux drones sur le site nucléaire de La Hague

, modifié à
  • A
  • A
Un des drones a déposé un fumigène.
Un des drones a déposé un fumigène. © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Partagez sur :
L'ONG Greenpeace a revendiqué l'allumage de "fumigènes de détresse" sur le site nucléaire de La Hague, dans la Manche. 

Le site nucléaire de La Hague, dans la Manche, a subi "l'intrusion" de deux drones, dont l'un a déposé un fumigène, a indiqué vendredi un porte-parole du groupe Orano (ex-Areva).

"Pas d'impact" sur la sûreté des installations. "Ce matin, le site de la Hague a détecté l'intrusion de deux drones, dont l'un a déposé un fumigène sur le toit d'une des piscines", a déclaré un porte-parole d'Orano. Il n'y a "pas eu d'impact sur la sûreté des installations", a-t-il ajouté.

Une action revendiquée par Greenpeace. Greenpeace a de son côté revendiqué sur Twitter l'allumage de "fumigènes de détresse" par ses activistes sur le site. L'ONG de défense de l'environnement, qui alerte régulièrement sur le "risque nucléaire", a publié des photos de fumigènes orange sur le toit de l'une des installations.

Plainte pour intrusion. Orano précise avoir "prévenu les autorités" et a fait part de son intention de "déposer plainte pour intrusion". Selon Orano, l'usine de la Hague est le leader mondial dans le domaine du recyclage des combustibles usés provenant des réacteurs nucléaires du monde entier. Orano est une entreprise issue de la restructuration de l'ex-groupe Areva. Elle est spécialisée dans le cycle du combustible nucléaire.